Mardi, j'ai vu ma sage-femme. Bilan : tout va bien, mais mon col est ouvert à 1.

En soi, ça ne veut rien dire. Je suis dans le 9è mois et comme elle dit "maintenant, vous avez le droit d'accoucher n'importe quand !". D'ailleurs selon elle, je peux très bien aller jusqu'au terme en étant dilatée à 1.

N'empêche que j'ai cogité un peu parce que je lui ai parlé de mes séries de contractions douloureuses et elle m'a dit "oui, on voit que les contractions ont agi sur le col". Je me dis donc qu'à la prochaine série de contractions douloureuses (bas-ventre et reins, je sens que je vais déguster...), ça peut ouvrir un peu plus le col.

Pas de stress particulier, on n'est pas tout à fait prêts mais ça n'a pas d'importance, ce qui reste à faire pourra être fait après la naissance. La seule chose ce sont les draps pour berceau que je n'ai pas retrouvés, il faut que j'en rachète. Mais si c'est une question de quelques jours un drap plus grand bien bordé fera l'affaire.

Bref, pas de stress, plutôt une prise de conscience qu'à partir de maintenant, ça peut arriver ! Et une impatience qui grandit, aussi.

Dans mon cerveau, du coup, ça s'organise.

Chaque jour je me pose la question "et si c'était aujourd'hui, comment ça se passe ?".

Alors je fais des plans. Des plans dans ma tête, des plans A, des plans B, des plans galère et des plans "tout se passe à merveille".

LeTigre est parti hier et rentre dimanche. Je suis donc seule quelques jours avec Potam (pour la dernière fois car la prochaine fois qu'il repart ma mère sera là et reste tout le mois d'août), et là honnêtement, ce serait galère que j'accouche. Il faut donc que je tienne jusqu'à dimanche, ensuite c'est quand il veut !

Alors, voilà mes plans :

- plan 1 : ça arrive d'ici dimanche. Si ça arrive la journée : je laisse Potam à la crèche, j'appelle mes BP qui sont là en 1h30 et qui récupèreront Potam à la crèche, j'appelle LeTigre qui revient illico de région parisienne. Si ça arrive la nuit : c'est la merde. J'appelle LeTigre en pleurant, je lui dis que je vais mourir et que j'emmène Potam à la mat, tant pis. Ou alors je garde mon calme, j'appelle LeTigre et lui dis d'appeler ses parents (c'est mieux si c'est lui qui les réveille la nuit ;-)) et de rappliquer ses fesses au plus vite. En attendant, soit je gère à la maison, soit je dois aller à la mat et n'ai d'autre choix que d'emmener Potam.

- plan 2 : ça arrive la semaine prochaine. LeTigre est là toute la semaine, donc pas trop de souci. Si ça se passe la journée, Potam est à la crèche sauf mardi, si ça se passe la nuit, même problème que ci-dessus sauf que LeTigre sera là et prendra les choses en main. Mais pour savoir que faire de Potam, pas évident. L'appel aux BP sera là encore sûrement la solution.

- plan 3 : ça arrive la semaine suivante, entre le 4 et le 7 août. Ma mère sera là avec ma nièce, LeTigre bosse, mais ma copine D. est dans les parages aussi avec sa famille. Donc pas de souci, ma mère m'emmène à la mat' et je confie Potam à D. (ou l'inverse), j'appelle LeTigre et lui dis de ramener ses fesses au plus vite, et tout se passe bien. Ma mère peut même m'emmener à la mat' avec Potam et repartir directement à la maison pendant que j'attends LeTigre.

- plan 4 : ça arrive du 7 au 11 août : idem, ma mère et ma nièce seront toujours là, LeTigre ne bosse pas, ma copine D. est là jusqu'au 9, aucun souci, certainement la meilleure option, j'ai plein de monde autour de moi. L'idéal serait que ça arrive le 7, LeTigre rentre et D. est encore là elle pourrait voir le bébé... Je crois que je vais faire un grand ménage le 6 ou le 7 au matin. La totale, porter Potam, faire les vitres, monter et descendre les escaliers ;-)

- plan 5 : ça arrive du 11 au 16 août : mon père et ma soeur nous auront rejoints. On sera nombreux à la maison. LeTigre bosse du 11 au 14 mais au moins j'aurais pas de souci pour confier Potam et aller à la mat. Seul problème : gérer les contractions à la maison avec plein de monde chez moi, ça va me gonfler. J'imagine déjà mon père angoissé, ma mère, ma soeur et ma nièce surexcitées qui vont me tourner autour pleines de bonne volonté comme des mouches, alors que j'aurais envie d'être seule et qu'on me foutte la paix. Pour moi ce n'est pas la meilleure option, mais bon, s'il faut on le fera je les enverrai tous chier et comme je serai en train de souffrir personne ne m'en voudra !

- plan 6 : ça arrive après le 16 août : ma soeur et ma nièce seront reparties, il ne restera plus que mes parents chez nous, et LeTigre ne bosse pas pendant une bonne semaine. Ce serait aussi un bon plan, sauf que ma soeur ne verra pas le bébé, elle sera repartie à Lyon, ses vacances seront finies et elle devra attendre un moment avant de faire la connaissance de son neveu... Pour elle, ce serait donc mieux que ça arrive avant. Mais sinon concrètement y aurait aucun problème...

 

Ca, ce sont mes plans de base. Mes plans "A". Y a quand même une grande chance que tout se passe bien, en résumé, je pourrais me débrouiller sauf si ça arrive d'ici dimanche, là ce serait la lose et je devrais forcément faire appel à un plan d'urgence pas très satisfaisant comm emmener Potam à la mat ou le déposer en urgence chez mes voisins de gauche. La voisine s'est présentée un jour chez nous, c'est une jeune grand-mère dynamique et sportive dont le mari est médecin, je pense que j'aurai confiance pour lui laisser Potam en cas d'extrême nécessité. Potam ne la connaît pas et serait hyper inquiet, il aurait l'impression que je l'abandonne, m'enfin si je n'ai pas d'autre solution je ferai ça.

 

Ca tourne dans ma tête. Pourtant je suis prête à toutes les éventualités et me dis qu'on se débrouillera, qu'au pire y aura bien quelqu'un pour gérer Potam si je débarque comme une pouilleuse toute seule avec mon fils à la mat (ça veut aussi dire porter ma valise toute seule, conduire, gérer Potam qui sera soit surexcité soit très inquiet soit à moitié endormi soit les trois à la fois, tout ça avec les douleurs des contractions du travail... M'enfin je vais pas mourir hein, ça ira ! Je peux aussi appeler un taxi, bref on verra.

Mais bon quand même, ces jours-ci vu que je gère Potam toute seule (même s'il est à la crèche aujourd'hui et demain, ouf), j'ai pour ordre du Tigre de me reposer dans la journée, aucune autre priorité. Quand Potam rentre le soir, faut que je sois en forme, faut jouer, prendre le bain, aller chercher mille choses, faire des allers-retour, me lever, me rasseoir, monter et descendre les escaliers, me baisser pour le mettre en pyj, le porter pour l'installer sur les toilettes, etc... que des choses qui me donnent des contractions et me fatiguent...

A partir de maintenant, mon cerveau et mon corps ne sont plus portés que vers un seul but : faire naître cet enfant dans de bonnes conditions tout en préservant un peu Potam (qui refuse d'écouter tout ce que j'ai à lui dire d'un peu sérieux et qui recommence à faire pipi et caca par terre dès qu'il est seul avec moi...).