Je ne sais pas à combien de semaines je suis. Et franchement, je m'en fous.

Bon je sais quand même que depuis une grosse semaine, j'ai entamé le 7è mois. Donc peu importe le nombre de semaines (je les avais notées sur mon calendrier du bureau mais comme en ce moment je n'y vais pas, je suis perdue), je sais que j'accouche dans un peu moins de trois mois, au maximum.

Je commence à stresser pour l'organisation de l'accouchement. Pas un gros stress, mais parfois au moment de m'endormir, je revois dans ma tête toutes les possibilités, en fonction de la date, de si LeTigre est en région parisienne ou avec moi, si ma copine D. est là ou si mes parents sont là. Et je me dis que si ça arrive quand je suis seule avec Potam, ça ne va pas être très facile. Alors je réfléchis à un plan B qui pourrait être l'appel d'une copine (des ex-collègues du Tigre qu'on ne voit pas souvent mais qui habitent pas loin de chez nous) pour lui confier Potam + l'appel en urgence de mes BP qui pourraient être là en 2h + du Tigre évidemment qui sera là en 2h30.

Ce qui m'angoisse le plus, c'est si l'accouchement est rapide, que je gère une bonne partie à la maison sans trop savoir où ça en est, que j'appelle LeTigre trop tard pour ne pas "le déranger pour rien", et qu'il arrive trop tard.

Bref. On verra bien. Ce n'est pas ce que je voulais vous raconter au départ.

Je voulais vous parler de mon corps, et plus particulièrement de mon ventre.

Même si j'ai du mal avec cette silhouette déformée vers l'avant, j'avoue que je suis plutôt contente car je n'ai pas trop pris de poids.

Au début j'ai pris très vite, à cause des nausées qui passaient en mangeant, et des fringales quand je n'avais pas de nausées. A trois mois, je comptais déjà +5 kg, à 4 mois +6 et à 5 mois quasiment +8. Et puis, je n'ai pas bougé depuis. Pas pris de poids, je suis donc toujours à +7/8 à 6 mois passés, donc ça va, ce n'est pas si terrible. Je crois même que j'en ai perdu un peu, je dois être à +7, soit 65 kg.

Tout ça, grâce à la perte d'appétit qui sévit depuis plusieurs semaines. J'ai pourtant parfois de grosses envies de chocolat ou de pâte à tartiner, et je ne me prive pas, mais je compense car je n'ai pas très faim donc mes assiettes sont plutôt petites et après le plat, je n'ai plus faim. Les plats en sauce ou trop gras ne me font pas envie, du coup je mange plutôt light sans trop le faire exprès.

Du coup, j'accepte mieux ma silhouette, avec mon gros bidon en forme de ballon, et ma silhouette de d'habitude pour le reste, ou presque (avec deux tailles de seins de plus). Quand je suis habillée je me trouve énorme, je ne peux plus rien mettre sans ressembler à un sac, mais dès que je me vois nue, mon estime de moi remonte.

Je commence à vraiment réaliser que ce petit bébé est déjà parmi nous, il nous accompagne, nous suit, nous entend, réagit. Je me dis qu'il entend déjà les histoires que je lis à Potam, les comptines que je lui chante.

Ce matin j'ai pris un long bain avec Potam. Un moment tendresse, jeux, câlins. Potam s'est allongé tout contre moi et m'a dit des mots d'amour. Puis il a collé sa tête sur le ventre et a écouté le bébé. On a posé des jouets sur le ventre et on s'est amusés à voir le bébé mettre des coups de pieds dedans. Ca a bien fait rire Potam, je crois qu'il a vraiment compris qu'il y a quelqu'un dedans. Il a dit "oh ce bébé, il est pas gentil !" parce que je lui disais qu'il mettait des coups de pieds dans ses jouets !

La nuit, quand je me tourne sur le dos, j'entoure de mes mains mon ballon de foot, si rond, si ferme, si saillant, si présent.

Et je commence à l'appeler avec ce prénom que j'adore mais pour lequel on hésitait. Et j'aime. Et j'imagine ce prénom sur la porte de sa chambre, je l'imagine dans la bouche de Potam, je l'imagine sur les papiers d'inscription de la crèche, je m'imagine le dire au supermarché ou à la pharmacie quand on me demandera "et il s'appelle comment ?". Ca fait son chemin, dans nos têtes.

Je ne suis pas grosse, j'ai mangé un ballon de foot. Et y a un bébé dedans.

 

2014-05-25 19