Y a certaines choses, quand on les croit derrière nous, on découvre un jour que C'EST JAMAIS FINI !

Le Terrible Two chez Potam a commencé peu avant ses deux ans (22-23 mois), progressivement. Il a été à son comble entre 24 et 30 mois et depuis quelques semaines, ça allait beaucoup mieux.

J'avais à la maison un petit garçon apaisé, qui faisait encore des crises et des caprices mais plus espacés, qui duraient moins longtemps, qui étaient moins impressionnants. Un petit garçon toujours content qui disait oui à tout, qui aimait tout, qui souriait tout le temps et qui était devenu beaucoup plus gérable même si tout n'était pas rose (il se barrait en courant dans le supermarché, par exemple... en riant quand je le grondais, bien sûr...).

L'étoffement de son vocabulaire a grandement aidé je pense, il pouvait enfin verbaliser, dire "je suis en colère", "je ne veux pas", "j'ai peur", et surtout répondre à mes questions.

Depuis qu'on a déménagé, il s'est à nouveau transformé en furie. J'en peux plus.

Bien sûr, je comprends.

Deux déménagements en huit mois, un petit frère qui va arriver et dont il ne veut plus entendre parler, le dossier propreté rouvert ces derniers jours, ça lui fait des raisons d'être perturbé, d'avoir besoin de se faire entendre.

Je comprends, et pourtant je n'arrive pas à accepter ces crises.

Je suis irritable et fatiguée, et n'ai aucune patience. Alors quand il enchaîne les caprices, ça me rend dingue.

Si c'était un autre enfant que le mien, je dirai de lui "mais quel gosse insupportable !" mais là c'est le mien, et même si je le pense, je sais aussi qu'il est capable d'être un petit ange.

Ca n'empêche qu'il m'occasionne des émotions ambivalentes, faites de "j'en peux plus je veux le claquer au mur" à "je l'adore il est tellement craquant" dès qu'il redevient calme...

Il a entendu un gamin hurler dans la rue, depuis il trouve ça super marrant, il me regarde dans les yeux et se met à hurler.

Il jette tous les objets bien fort, bien loin, on dirait un retour aux 12 mois où il testait ma résistance à ramasser les objets.

Il refuse tout changement d'activité qui vient de moi. Eteindre la télé, rentrer après avoir joué dehors, prendre sa douche (on n'a pas encore d'eau chaude dans la baignoire alors il prend des douches), s'habiller, partir à la crèche, aller se coucher... C'est à chaque fois une lutte infernale qui finit en crise, à l'obliger, le prendre sous le bras, le maintenir, le voir se cambrer, hurler, se rouler par terre, me repousser, et puis quand il est dans l'action suivante, il se calme et redevient tout gentil, finie la colère, gros bisou, maman t'es plus en colère, etc...

C'est en permanence les montagnes russes.

Je sais que je lui demande de ne plus mettre de couches dans un moment qui est déjà difficile pour lui. Mais c'est venu de lui, donc je crois qu'il fallait le faire quand même, de toutes façons plus tard il y aura l'arrivée du deuz et l'entrée à l'école, donc finalement il n'y a pas de bon moment.

Je sais bien que tout ça fait beaucoup pour lui. J'essaie de beaucoup lui parler, de répondre 2000 fois aux mêmes questions "maman, on est dans la nouvelle maison ?". Quand je dis "on rentre à la maison", il me reprend et me dit "non maman, à la nouvelle maison !". Je lui explique et réexplique sans cesse que maintenant c'est ici chez nous, qu'on va y rester pour longtemps, qu'on ne déménagera plus, et là il me dit "monsieur et madame ils sont partis alors ?" parce que pour lui c'est encore la maison des vendeurs qui nous ont reçus plusieurs fois...

Je l'ai emmené voir l'ancienne maison vide (pas eu le choix en fait) et il n'a pas du tout été perturbé, il a fait le tour, a demandé à voir sa chambre, m'a juste demandé "mais... il est où mon ballon ?".

Bref j'explique, je verbalise, mais n'empêche, même avec la meilleure volonté du monde, je vois bien qu'il lui faut du temps pour s'adapter. Heureusement, on n'a pas changé de ville, on va à la même crèche presque par le même chemin, à la même pharmacie, voir le même médecin, donc je pense qu'il va s'y faire.

Il ne se réveille plus la nuit, mais met du temps à s'endormir, a besoin qu'on le rassure et qu'on revienne plusieurs fois, et se réveille tôt le matin. Je vais essayer le sirop "Quiétude" qui apaisera peut-être ses angoisses.

Mon tout-petit hypersensible, m'envoit des signaux qui ne sont pas toujours faciles à décoder. Il a des réactions immédiates, violentes parfois, qui passent plus inaperçues d'autres fois. Je me rends compte que c'est bien de ne pas avoir fait coïncider le déménagement avec la naissance, même si évidemment on n'a pas choisi le moment et qu'on aurait fait si on avait dû (coucou GiGi...!).

Pour les couches, il a besoin de temps. On les a enlevées samedi matin. Il fait toujours beaucoup dans son slip mais ça progresse car il ne refuse plus le pot ou les toilettes à chaque fois. Je crois vraiment qu'il a besoin qu'on l'encourage et besoin de voir que pipi dans le slip, dans la couche ou dans les toilettes, ça ne change rien à la relation qu'il a avec nous (avec moi surtout car je suis plus souvent avec lui). J'espère seulement qu'à la crèche il n'y aura pas trop d'accidents pour qu'ils continuent de jouer le jeu. Alors je tiens bon, ça tombe bien il fait chaud en ce moment le linge sèche vite, ce n'est pas si terrible que ça de nettoyer de petites flaques de temps en temps.

Mais quand même, j'ai hâte qu'on ait passé cette étape.

Je vais lui laisser tout le temps qu'il faudra, le temps pour s'adapter, le temps pour tester, le temps pour comprendre qu'il est toujours à la même place, qu'on l'aime toujours de la même manière, que tout ça ne change rien. La chance que j'ai, c'est qu'il parle beaucoup. Il verbalise, il écoute mes explications, il pose plein de questions.

Hier on est allés à la plage et quel bonheur de le voir éclater de rire les pieds dans les vagues en hurlant "on fait flic-flac dans la mer !" puis se pelontonner dans sa serviette dans mes bras en tremblant... Ces moments valent toutes les crises du monde... (enfin presque).

 

2014-05-18 11

 

2014-05-18 17

 

2014-05-19 09