Fatigue.

Déprime.

Je dors mal, j'ai le teint terne, je me trouve moche et grosse...

Depuis trois jours ma hanche qui m'avait laissée tranquille trois ans, se rappelle douloureusement à moi. Je ne peux pas rester assise, ne suis bien qu'allongée, suis complètement bloquée comme avec un mauvais lumbago...

Objectif : trouver un RV chez un ostéo rapidement.

Commence à avoir des contractions quand je me tourne, la nuit, et le matin au réveil.

Redécouvre cette sensation étrange d'avoir une boule hyper dure dans le ventre.

Ne me reconnais plus dans la glace. Ai l'impression d'avoir enflé de partout. Mon regard doit être déformé car autour de moi on trouve que ça va, je n'ai pas encore pris trop de formes. Et moi qui me trouve énorme, qui ne rentre plus dans mes fringues.

N'en ai pas fini avec la peur de la fausse couche. Me découvre encore en train de différer certains achats par crainte suspicieuse que ça me porte malheur, n'ose parfois pas parler d'organisation avec le deuz car n'y crois pas encore totalement...

C'est lourd comme les petits désagréments physiques affectent le moral.

Aucune bonne raison d'avoir le moral à zéro, et pourtant j'ai envie de pleurer toute la journée.

J'ai tellement hâte d'être en vacances à la montagne, dans deux semaines. Tellement, tellement hâte. Je ne sais même plus depuis quand on n'est pas partis en vacances. Besoin d'être dépaysée, de voir la famille. Hâte de voir la neige en espérant qu'il y en ait. Envie de fondues dans un chalet de montagne. Envie de faire découvrir l'ambiance de montagne au Potam.

WE déprimant chez les BP.

Attendre que le temps passe, s'asseoir douloureusement dans un canapé inconfortable pour mes reins bloqués, manger des plats en sauce alors que c'est la dernière chose qui me fait envie...

Je me raccroche aux prochaines semaines et mois qui nous réservent des moments sympas (ma maman qui va venir une semaine, les vacances à la montagne, et surtout, l'arrivée dans notre nouvelle maison avec l'arrivée du printemps...).

En attendant, j'évite les miroirs et je fais une provision de mouchoirs.