Dimanche, j'ai raccompagné mon amie Babifoot à la gare.

Bien sûr, j'ai emmené Potam vu que LeTigre n'était pas là.

J'aurais dû y penser plus tôt.

J'aurais dû prévoir.

Une gare, pour un Deux-Ans-Et-Quelques, c'est mieux qu'un parc d'attraction.

Rendez-vous compte : des gens partout, des machines avec des boutons tous les vingt mètres, des escaliers à monter et descendre, des distributeurs de rigolos petits papiers cartonnés, des machines jaunes qui donnent très envie de glisser dedans les petits papiers cartonnés précités, des ascenseurs dont les boutons sont à portée de petites mains, des quais, des panneaux d'affichage, des voix métalliques qui débitent des messages par des hauts-parleurs, des valises à roulettes, des coups de sifflet, et surtout, surtout, des trains.

Potam a été totalement subjugué par le train.

Il voulait monter dedans "tout seun" (oui le Potam ne dit pas les "L", il les remplace par une consonne de son choix, ça varie).

Il voulait fermer les portes du train.

Il voulait rattraper le train qui était parti.

C'était SON train.

Il a pleuré parce que le train était parti en répétant "mon train, mon train, mon train est parti". Il a aussi pleuré parce que Babifoot était partie. Il m'a dit "donner encore un bisou à Babifoot ?" alors on a envoyé un texto à Babifoot pour lui faire encore un bisou.

Et je me suis souvenue des premières fois où, ramenant des amis ou de la famille à la gare avec ma maman, j'ai réalisé que s'ils partaient je ne les voyais plus. Et je pleurais. A chaque fois. Jusqu'à dix ans, au moins, j'ai pleuré dans les gares en voyant partir des trains.

Voir ce gros train s'éloigner si vite, emmener la personne avec qui on a passé de beaux moments, si loin, si vite, c'est violent. Ca m'avait paru violent, en tout cas. Aujourd'hui, j'ai encore un petit pincement au coeur quand je vois le train s'éloigner avec la personne que j'aime dedans.

Mais aujourd'hui, je cède mon émotion à un tout petit garçon qui commence à comprendre que les gens qu'on aime viennent et repartent.

Un tout petit garçon dont la passion des trains est peut-être née hier soir.

(en même temps, c'est beau un TGV qui quitte une gare dans la nuit).