J'ai l'impression que, depuis que Potam est né, on enchaîne les crises pour des raisons différentes, à des âges différents, mais que depuis 25 mois on en a toujours chié. Bon ok, entre 17 et 22 mois, ça a été globalement.

Bref, c'est pas le sujet.

Le sujet c'est que les crises du coucher de Potam me blasent.

Qu'on ne s'en sortira pas car LeTigre ne comprend pas.

Ca m'énerve. Mais qu'est-ce que ça peut m'énerver ! Il fait des erreurs de débutant, il se fait avoir par son fils en toute bonne foi.

La semaine dernière, quand il n'était pas là, j'ai commencé à mettre en oeuvre la méthode décrite dans le livre "le sommeil, le rêve et l'enfant", qui en résumé prône ceci :

- un rituel toujours le même, ni trop long ni trop court

- pas de jeux énervants ou excitants après le dîner

- aucune négociation à partir du moment où on pose l'enfant dans son lit

- ne pas le reprendre dans les bras

- partir assez rapidement après une petite phrase douce qui rassure du genre "tout va bien, tu peux dormir, à demain" ou autre.

- s'en aller malgré les cris sans négocier, sans expliquer mille fois, sans en rajouter, juste coucher l'enfant, lui dire bonne nuit et partir en ignorant ses cris

- revenir si besoin au bout de 5 minutes, le recoucher, lui redire une petite phrase rassurante, lui faire une petite caresse et repartir ET C'EST TOUT

- revenir si besoin au bout de 10 minutes et reproduire autant de fois que nécessaire.

- le lendemain revenir au bout de 10 minutes puis 15, 15, 15

- le jour suivant 15 minutes puis 20

- etc...

 

Et franchement, ça marche.

Ca marche parce que le parent a un comportement clair, toujours le même, il n'y a pas de surprise, pas besoin de rappeler, de faire des caprices, au bout de quelques jours l'enfant comprend que ses cris n'ont aucun intérêt car le parent est inflexible.

C'est pas évident de tenir, car passé le premier jour (5 minutes, ça va), laisser un enfant hurler à la mort pendant 10 minutes, c'est long (et 15, encore plus insupportable). Mais on se bouche les oreilles, on regarde la montre et on tient. Et on sait que c'est pour la bonne cause et que chaque soir sera moins difficile que la veille.

Et c'est vrai.

(je précise que ça marche aussi pour les réveils de nuit ou très tôt le matin).

Petit à petit, jour après jour, ça a été mieux. Il se débattait moins, pleurait encore mais s'endormait soit avant mon retour, soit juste à mon retour, rassuré de me voir, comme s'il attendait mon retour pour pouvoir enfin se laisser aller au sommeil.

Et puis, LeTigre est revenu.

Le premier soir, c'est lui qui a couché Potam. Et j'ai halluciné : pas un mot. Couché sans râler, endormi rapidement.

Deuxième soir : comme ça avait été si bien, il a recommencé. Et là, il a râlé un tout petit peu, il a demandé un ou deux trucs, LeTigre a répondu, mais pas de cris, pas de pleur, pas besoin d'y retourner.

Troisième soir : quelques pleurs, arrêtés rapidement quand LeTigre a passé la tête par la porte.

Quatrième soir : des pleurs, pendant 5 minutes

Cinquième soir : une crise digne de ce nom. A la sieste : grosse grosse crise pendant 3/4 d'heure...

Et c'est seulement après le cinquième soir que LeTigre a enfin reconnu que c'était de pire en pire ! Comme s'il ne savait pas reconnaître l'escalade, les demandes pour gagner du temps et le faire revenir...

Il ne comprend pas qu'en répondant UNE SEULE FOIS à une demande de type "caprice" au coucher, il envenime toute la situation pour tous les soirs suivants...

Qu'est-ce que l'enfant comprend quand on répond à sa demande ???? ben qu'il doit recommencer parce que ça marche !

Qu'est-ce que l'enfant doit comprendre ? Qu'à partir du moment où les câlins, bisous, etc... sont terminés et qu'il est dans son lit, c'est FINI ! On dort, et il n'y a AUCUNE autre alternative ! Ni de tenir la veilleuse dans sa main (il préfère qu'elle soit posée sur la commode ça le gêne pour dormir sinon), ni de troquer la couette pour la gigoteuse, ni de boire, ni de faire un autre câlin, ZERO !

Si on cède UNE FOIS, il va recommencer.

LeTigre ne comprend pas ça. Pour lui, tant que ça se passe plutôt bien sans trop de cri, c'est ok. Sauf que non, c'est pas ok. S'il cède sur plein de trucs, ça va marcher une fois, deux fois, et ensuite il faudra en faire plus, et encore plus, et quand est-ce qu'il dit stop ??? quand il atteint SA limite ???? Mais ça, Potam ne PEUT PAS comprendre ! Il ne peut pas comprendre que pendant 3 jours on répond à chaque demande et le jour suivant, sans prévenir, tout d'un coup on lui refuse...

Alors que si on ne cède jamais, il prendra l'habitude, l'attitude est claire, sans ambiguëté, la limite est visible, franche et il sait qu'il ne sert à rien de la franchir car il n'obtiendra jamais ce qu'il veut.

Point barre.

Ca paraît dur, comme ça... Mais je suis vraiment persuadée que si on tient quelques semaines (voire quelques jours), ensuite on n'aura plus jamais de souci, si à la moindre prochaine tentative (car il y aura à coup sûr des tentatives), on ne cède pas.

J'ai repris les choses en main, ce soir c'est moi qui l'ai couché et il a hurlé longtemps. J'y suis retournée deux fois. J'en ai marre de galérer à nouveau alors que ce n'était certes pas réglé mais en bonne voie.

Et quand je lui dis ça, il est sceptique. Quand je lui dis "tu y vas ok, mais tu ne cèdes pas hein ? Tu ne discutes pas, tu le recouches et tu ressors !" et quand, ensuite, je l'entends discuter pendant 5 minutes "c'est l'heure de dormir, allez demain on fera un câlin, oui recouche-toi, allez, allonge-toi, je te fais encore un câlin après je m'en vais, patati patata", c'est PAS POSSIBLE ! Ca me déprime car ça fout tout en l'air !

Je crois que je suis condamnée à gérer TOUS les couchers....

Pffff on a perdu une semaine ça m'agace... Comment peut-il comprendre, Potam, ce qu'on veut de lui si les règles changent chaque semaine ??? C'est n'importe quoi ça me déprime....

 

Stephanie-blake-dodo

(on l'a ce livre, Potam l'adore, comme c'est bizarre !!!! mais c'est vrai qu'il est super...)