Si je pouvais, je partirais deux semaines au soleil avec LeTigre et le Potam, avec baby sitter intégrée pour passer des soirées en amoureux et faire des grasses mat.

Si je pouvais, j'organiserais à mon Potam une chambre de folie, avec un coin lecture, un coin jeux , un coin dodo, des étagères toutes à sa hauteur, un grand miroir, une bibliothèque 360° à sa hauteur, un mur entier en tableau noir à craie et une tablette tactile au mur avec des jeux de son âge.

Si je pouvais, j'irais courir sur la plage trois fois par semaine.

Si je pouvais, j'irais boire des coups avec des potes tous les samedi soir.

Si je pouvais, je mangerais des frites (des vraies frites, des baraques à frites du Pas-de-Calais parce que j'en ai jamais mangé d'aussi bonnes) tous les midis.

Si je pouvais, je passerais mes nuits à écrire un livre.

Si je pouvais, j'apprendrais à dessiner pour pouvoir dessiner au Potam tout ce qu'il veut.

Si je pouvais, je coudrais les fringues que j'imagine.

Si je pouvais, je lirais jusqu'à minuit dans un grand fauteuil à bascule devant une cheminée.

Si je pouvais, j'achèterais une belle maison avec une mezzanine entièrement vitrée donnant sur la mer, où je passerais mes journées à lire, écrire et coudre.

Si je pouvais, je me transporterais trente ans plus tard et verrais tout ce que j'ai raté avec Potam, pour revenir aujourd'hui et éviter de faire ces erreurs.

Si je pouvais, j'allongerais chaque journée de 8h (ou 12, tant qu'on y est. Ou 24, tiens).

Si je pouvais, j'interdirais tous les véhicules et toutes les machines qui fonctionnent au pétrole, et créerais de nouvelles entreprises qui fonctionneraient avec et produiraient uniquement des énergies renouvelables.

Si je pouvais, je graverais sur une clé USB toutes les connaissances de la fille que je remplace et me la grefferais dans le cerveau.

Si je pouvais, je créerais une alerte sur un site internet qui me préviendrait de la sortie du moindre bouquin qui pourrait me plaire.

Si je pouvais, je serais toujours en forme, n'aurais jamais de baisse de régime et serais disponible et souriante pour tout le monde, tous les jours.

Si je pouvais, j'embrasserais mon Potam mille fois par jour.

Si je pouvais, j'inventerais une potion magique qui calmerait les enfants au moment du coucher.

Si je pouvais, j'irais deux fois par semaine à la criée du port de Boulogne pour acheter du poisson fraîchement pêché.

Si je pouvais, je prendrais le car pour aller bosser, ou achèterais une voiture électrique.

Si je pouvais, j'aurais trois enfants, du temps pour m'en occuper, je continuerais à travailler et j'aurais le temps d'écrire.

Si je pouvais, j'apprendrais au Potam l'anglais, l'espagnol et le chinois dès aujourd'hui. Je laisserais le soin à son père de lui apprendre l'italien. Juste pour le fun.

Si je pouvais, je ferais du cheval au galop sur la plage à marée basse, dans des gerbes d'éclaboussures, avec Potam devant moi cramponné.

Si je pouvais, je graverais dans mon coeur chacun de ses éclats de rire.

...

Si je pouvais...