Le Potam m'épuise.

A l'heure où je vous écris, il pleure dans son lit car il ne veut pas dormir.

Comme tous les jours (sauf à la crèche, bien sûr. Là-bas, ils le mettent au lit, il s'allonge et s'endort sans problème), il refuse de dormir.

Cet enfant lutte contre le sommeil depuis qu'il est né, j'hallucine. J'hallucine et surtout j'en peux plus.

Pour ne rien arranger je vais avoir mes règles demain, je suis en plein syndrome prémenstruel donc énergie zéro, moral zéro, envie de dormir et de comater. Sauf que je passe la journée seule avec Potam et qu'il faut assurer.

Toutes les siestes, tous les soirs, c'est pareil.

On lutte.

"non pas dodo" et il fait son cirque. Se met debout, refuse de s'allonger, se relève immédiatement si je l'allonge, ne cède ni aux câlins, ni à la fermeté, RIEN N'Y FAIT. Donc, on porte notre croix, et toutes les siestes, tous les soirs, on lutte, on s'énerve.

On s'est longtemps demandés pourquoi. Je ne me le demande plus. Il n'y a qu'à voir son sourire narquois dès qu'on entre dans sa chambre, entre ses larmes, qui signifie "j'ai gagné !", puis il joue (consciemment, je le lis dans ses yeux) avec nos nerfs. C'est à qui cèdera le premier. Et autant dire qu'il est têtu et capable d'y passer de l'énergie...

Ca me rend dingue.

Depuis qu'il est né, on galère. C'est fou non ? Même à trois semaines, il luttait contre le sommeil et hurlait dans nos bras. Comme on ne voulait pas trop le laisser pleurer, on le gardait dans nos bras où il pleurait et rageait jusqu'à ce qu'il tombe d'épuisement. Et puis, on a remarqué qu'il ne pleurait pas plus longtemps (voire moins) dans son lit, donc au lieu de le balader dans toute la maison, hurlant et rouge de colère, on le posait dans son lit. Et il finissait par s'endormir.

Il ne s'est JAMAIS endormi calmement dans nos bras. Pas une seule fois, à part au sein les toutes premières semaines (là il est toujours en train d'hurler j'en peux plus). JAMAIS endormi sur un tapis de jeu ou dans un transat. Jusqu'à ses un an, pas un seul endormissement (voiture et poussette compris) ne s'est pas fait dans les hurlements. Ok, tout petit, il avait le RGO qui le gênait. Mais il n'y avait pas que ça. On le voyait, qu'il luttait. Ses yeux se fermaient tout seuls et dès qu'il s'en rendait compte, il hurlait de plus belle pour se réveiller et ne pas dormir.

Aujourd'hui, à deux ans, c'est pareil. Parfois il ne pleure que deux minutes, quand on a de la chance. Mais il pleure. Ce n'est pas de la peur, ni de l'angoisse de séparation, je vous vois venir... On a tenté de lui donner une veilleuse, il n'en veut pas. On a tenté de laisser une musique douce pour le calmer. Rester dans la chambre avec lui ne sert strictement à rien : il s'amuse. Il ne veut pas qu'on parte de sa chambre, mais ne se laisse pas calmer ou câliner, il se débat et joue, nous tape ou essaie de nous crever les yeux (mais sinon, il est gentil comme petit hein... ;-)). Donc on s'énerve, on le remet dans son lit.

Il n'y a que la fermeté qui marche un peu. Quand on arrive à ne pas céder quelques couchers de suite, ça se passe un peu mieux pendant quelques jours. Et puis c'est reparti.

Mais là par exemple, je ne sais plus quoi faire. J'y suis retournée trois fois et ça ne sert à rien. Je sais que je vais finir par le relever et qu'il ne fera pas de sieste. Parce qu'il a pleuré trop longtemps, parce que je me suis trop énervée, c'est foutu. Je suis en larmes et ai envie de tout casser tellement ça m'insupporte ses caprices. Et si je le relève, il aura gagné, et fera la même chose la prochaine fois. Mais je ne peux pas le laisser hurler si longtemps.

Je ne sais pas ce que je dois faire, pas faire, j'ai l'impression que rien n'a de prise sur lui, qu'il n'y a aucune solution.

Et c'est pas la peine de me dire "il ressent ton énervement" ou d'autres conneries de ce genre parce que vous n'imaginez même pas la patience que je déploie pour rester calme et douce, même lorsqu'il me met hors de moi.

C'est pas la peine non plus de me dire "ça passera" parce que je m'en fous. Si ça passe dans trois ans, là tout de suite, ça ne me sera pas d'un grand secours. Et parce que je me dis ça depuis qu'il est né "ça passera".

En attendant, quand c'est n'importe qui d'autre que nous qui le couche, ça se passe super bien, il s'allonge, se laisse câliner et s'endort en deux minutes. Ca me déprime encore plus.

Aujourd'hui je suis tellement fatiguée et déprimée, s'il ne fait pas de sieste je ne vais pas y arriver, je vais le coller devant la télé et attendre impatiemment d'aller au boulot demain. C'est horrible d'en arriver là, il m'énerve tellement... Ce serait si simple...

En plus je sais qu'il est crevé. Il s'est réveillé tôt ce matin, et on a fait une balade à la plage, il était trop fatigué pour marcher j'ai dû le porter la moitié du temps (alors que déjà j'avais fait un effort surhumain pour me motiver pour sortir). Donc je pensais qu'il ne ferait pas trop d'histoires pour dormir.

Après je me dis qu'on a mangé trop tard, que je le couche trop tard et qu'il est trop crevé pour s'endormir sereinement.

Mais honnêtement ça me fatigue de me poser tant de questions et de remettre tout en cause, tout le temps (ah on dirait qu'il s'est calmé, ça fait deux minutes que je n'entends plus rien).

Il finit par s'endormir, quasiment tout le temps. Et toujours cette question "à quoi ça sert de se mettre dans un état pareil pour le même résultat ????".

Pourquoi il ne peut pas s'endormir calmement ?

Pourquoi, depuis le premier jour, cet enfant est-il hors normes ? Pas comme les autres ? Avec une volonté et un entêtement aussi énormes ? Pourquoi refuse-t-il tous les jours de se laisser aller au sommeil ? Il veut profiter, il veut vivre, il veut courir, ramasser des cailloux, marcher dans l'eau, se cacher, tout mais pas dormir.

Je sais que c'est ça. Que ce n'est "que" ça. Qu'une histoire de "veux pas dodo". Mais bon sang, c'est épuisant, surtout ces jours où on a une énergie de bullot.

Ca y est il dort.

Je devrais en profiter pour me reposer, moi aussi. Sauf que je suis tellement énervée, tellement déprimée...