Gérer seule un Deux Ans quand on travaille et que le papa est en déplacement plusieurs jours, c'est facile.

Il suffit d'un peu d'organisation (et de beaucoup de patience) (à moins que ce soit l'inverse). En fait, il faut BEAUCOUP d'organisation et BEAUCOUP de patience.

Le matin, on se lève tôt. Peu importe l'heure (vaut mieux pas y penser), on se lève au moins trois quart d'heure avant de réveiller le Deux Ans, pour avoir le temps de se préparer tranquillement et avoir ce temps-là pour soi. Douche, crémage, maquillage, habillage, brushing, sans traîner mais en prenant quand même le temps de tout faire. Parce qu'il y a rien de pire pour le moral que de partir au boulot à moitié coiffée et pas maquillée. Et si par hasard il se réveille avant son heure, on le laisse patienter tranquillement jusqu'à ce qu'on ait fini (ce qui suppose de ne pas avoir un modèle de Deux Ans qui hurle dès qu'il ouvre un oeil) (et on rit quand on entend à chaque fois qu'on coupe l'eau "a y est bain maman ?") (et y a pas à dire, rire de bon matin sous la douche, y a pas meilleur réveil).

Le matin (encore), on prévoit le temps de prendre un bon petit dej avec son Deux Ans. Donc, quand on le réveille, nous on n'a plus qu'à déjeuner, et lui il commence par là. Le bib en pyjama, tranquillement, pour lui donner le temps de se réveiller exactement comme un dimanche (j'ai essayé, pour gagner du temps, de l'habiller dès son réveil. Ben vous savez quoi ? Le Deux Ans DETESTE qu'on le foute à poil directement à la sortie de la gigoteuse. Comme c'est bizarre).

Le matin, on programme une machine qui tournera pendant notre absence et sera finie quand on rentrera, qu'on n'aura plus qu'à étendre.

On prévoit cinq minutes de plus par rapport à l'heure de départ. Exemple : si on doit réellement ETRE PARTIS à 8h15, on part à 8h10. Parce que mettre les chaussures, mettre les manteaux, prendre le sac du Deux Ans, prendre notre sac, chercher le doudou, retrouver le doudou, lui reprendre les clés de la voiture, lui expliquer que non, on ne peut pas regarder Oui-Oui, non ni Tchoupi, ah ben non Leo et Popi non plus (c'est trop bien d'ailleurs Leo et Popi vous connaissez ??? J'adooooore ! C'est trop meugnon !!!). Ouvrir et fermer la porte sans qu'il s'échappe à trois kilomètres car il a vu le chat du voisin, ouvrir la voiture avec les clés qu'on a réussi à récupérer in extremis avant qu'il ne courre après le chat, l'installer dans le siège auto, lui expliquer que non, c'est pas lui qui conduit, oui c'est maman vroum. Que non, ce n'est pas la voiture de papa, papa est au travail. Oui, papa pati. Pati, papa ! Tout ça, ça prend bien cinq minutes. Si on fait très vite.

 

Le soir, on prend le temps de partager avec lui, sous peine de soirée très très pénible et de tunnel 18-20 très très long et déprimant. On lui octroie du temps et de l'énergie. On le laisse jouer un peu dehors avant de rentrer, on s'asseoit à côté de lui devant son dessin animé (après une journée de crèche de 8h30 à 18h, le Deux Ans est fatigué. Nous aussi. Alors, les principes, pas d'écran, toussa toussa, c'est bien chez les autres, mais le soir ça détend bien un petit poussin crevé) (et nous on peut comater dans le canap à côté de lui à commenter Léo et Popi ou Oui-Oui)

On met sa rigidité de côté et s'il crève vraiment la dalle, on le fait manger avant de lui donner son bain. Tant pis s'il est 18h30. Et puis à la crèche ils goûtent à 15h30, alors si on oublie la petite collation de 18h, le Deux Ans ne tient pas le coup...

 

Le soir, on prévoit. Tout. Pour le lendemain. Pendant que le Deux Ans mange, on discute avec lui, on lui donne un petit coup de main et on en profite pour commencer à préparer le repas du soir suivant, que l'on finit quand il est couché. Un soir de décalage, on mange ce qu'on a préparé la veille. Ca évite la désagréable suite de "attends pas maintenant" ou "dans 5 minutes" ou encore "je finis ça et je m'occupe de toi", avec un Deux Ans chouineur qui s'accroche à notre pantalon pendant qu'on fait à manger. Sinon, y a toujours les petits pots quand on n'a pas eu le temps de faire la soupe de potiron maison ou la purée de carottes.

Le soir, on prévoit aussi le sac de la crèche, les fringues du Deux Ans, nos fringues (avec un petit coup d'oeil à la météo avant, pour éviter de devoir changer à la dernière minute le petit haut décolleté par un gilet en laine), notre sac avec tout dedans pour éviter la tornade de dernière minute avant de partir pour chercher le portable, le chargeur, le paquet de mouchoir ou la bouteille d'eau.

 

 

En résumé, on prend le temps, et tout se passe bien.

Le temps de prévoir, le temps de se préparer tranquillement pour être de bonne humeur, et surtout le temps de profiter des moments qu'on passe ensemble pour ne pas avoir la désagréable impression de subir les contraintes de la journée au lieu de vivre une belle journée.