...

Mon petit chat, aujourd'hui tu as 18 mois.

Un an et demi. Un an et demi que tu partages notre vie. Un an et demi que notre existence a pris une autre tournure, que notre vie est riche, si riche que chaque journée est bien trop courte pour profiter de tous les magnifiques moments que tu nous offres.

18 mois, 16 dents, 79 cm, 10 kg, et de plus en plus de mots.

Tu dis maintenant "papa", "maman", "caca", "tin" (tiens), "ké" (clé), "a kakin ?" (y a quelqu'un ?), "toc toc", "chat", "chien", "acor" (encore), "kaké" (caché), "kiki" (zizi), "babé" (bravo), "nan" (non), "aoua" (au revoir) et tu répètes tout ce qu'on dit.

Tu fais tous les gestes des "marionnettes", tous les gestes du grand cerf et ce que tu préfères, c'est "ou le chasseur me tuera" en pointant ton idex et en éclatant de rire.

Tu souris tout le temps, tu ris beaucoup, tu fais des caprices mais ça ne dure pas car tu sais que je ne cède jamais. Tu aimes tout, et surtout être dehors. Tu peux rester un après-midi entier à jouer dehors, même lorsque tu n'as pas fait de sieste. Tu pousses ta petite brouette, tu mets de l'herbe dedans, tu l'enlèves, tu arroses toutes les plantes avec mon petit arrosoir, tu t'entraînes à monter et descendre la petite côte en pavés qui descend au fond du jardin. Tu descend, tu remontes, tu dis "acor" et tu recommences en faisant bravo quand tu arrives au bout. Tu visites chaque recoin du jardin, tu t'émerveilles d'une fourmi et renifle les fleurs. Tu aimes l'odeur de la lavande et du basilic. Tu rêves de visiter le garage mais tu ne t'aventures jamais très loin... Tu détestes quand je laisse la porte de la buanderie fermée, tu toque à la porte en disant "a kakin ?" puis tu mets ton doigt sur la serrure en disant "ké ?".

Tu manges de tout, surtout ce qui est dans les assiettes des voisins. Dans ton assiette, si c'est en purée tu finis tout, si c'est en morceaux tu te lasses vite mais tu ne les refuses plus. Dans notre assiette par contre, ça passe beaucoup mieux ! Tu aimes goûter des aliments nouveaux, tu fais parfois une petite grimace puis un grand sourire et "acor" ! Mais ce que tu préfères, c'est le fromage et le chocolat. Tu es capable d'enfourner un morceau énorme pour en avoir un autre...

Tu as 18 mois, et aujourd'hui, pour fêter ça, tu as mangé pour la première fois un bout de pain, ton allergie est terminée, tu vas pouvoir goûter aux pâtes, semoule, biscuits, cracottes, et tant de chose que j'ai hâte de te faire découvrir !

Tu ne regardes jamais la télé mais tu as deux DVD que tu adores : Petit Ours Brun et "ma clipounethèque", des petits clips de tes comptines préférées. Dès que tu entends le générique, tu viens t'installer par terre devant le canapé, je te cale avec des coussins et je te laisse là, subjugué, apprendre les paroles de tes comptines.

Tu hurles à chaque fois qu'on entre dans le cabinet d'un médecin, tu détestes quand on te déshabille pour t'ausculter et tu pleures à chaudes larmes, inconsolable. Tu me regardes comme si je t'abandonnais à un bourreau, même lorsqu'on ne fait que te regarder les oreilles et la gorge. On ne connaît jamais ton poids exact tellement tu gigotes et tu deviens hystérique quand le médecin te prend pour te poser sur la balance...

Tu adores nous déshabiller et faire des bisous qui claquent sur notre peau. Tu osberves beaucoup notre corps et ton propre corps, tu aimes les oreilles et les cheveux, et tu kiffes mes boucles d'oreilles, c'est la première chose que tu regardes lorsque je viens te réveiller le matin. Tu sais montrer chaque partie de ton corps lorsqu'on les nomme et sur la table à langer tu fais bravo avec tes pieds en riant. Tu joues avec ton "kiki" dès qu'il est à l'air libre et tu adores y frotter l'objet que tu as dans la main, quoi que ce soit.... Tu mets le thermomètre vers tes fesses, te nettoies le visage avec les cotons, te mets les cotons-tiges dans les oreilles et te coiffe avec ta petite brosse. Tu te brosses les dents seul en te regardant dans la glace.

Tu as 18 mois, mon petit chat, et j'adore cet âge. Je me régale à te regarder, t'écouter, te raconter des histoires que tu écoutes maintenant jusqu'au bout, très concentré.

Tu n'es plus vraiment un bébé, pas encore tout à fait un petit garçon, et je profite tant que je peux de ces moments magiques, de voir ton bidon en avant, tes fesses en arrière et tes mains en l'air lorsque tu te balades, je renifle ta petite peau douce et potelée, je caresse tes cheveux et je grave dans ma mémoire le moindre de tes éclats de rire que j'aime tant...


Je t'aime à la folie, mon fils. Mon bébé. Mon petit garçon...

 

2013-04-15 17