Toute absorbée par l'attente de notre changement de vie, j'en ai oublié de vous raconter notre WE.

Nous sommes allés tous les trois en Franche-Comté, chez ma Tante, pour l'anniversaire surprise de mon cousin.

Mon cousin est comédien et metteur en scène, et il organise des spectacles à domicile. Pour son anniversaire, sa mère avait donc "acheté" le spectacle chez elle, dans sa grande maison à la campagne, et avait convié toute la famille, oncles, tantes, cousins, pour faire la surprise à son fils.

C'est donc juste avant l'heure de début du spectacle que nous sommes arrivés, LeTigre, Potam et moi, après 4h de route où notre petit têtu n'avait dormi que trois quart d'heure.

Pendant les trois heures et quelques restantes, Potam n'a pas râlé. Pas une seconde. Il n'a pas gémi, n'a pas pleuré, ne s'est pas énervé. Il a joué, regardé par la fenêtre, s'est caché 48 fois derrière le pare-soleil en faisant "ooooooooooooh ! Caké !", m'a souri à chaque fois que je me suis retournée, a éclaté de rire 67 fois à la moindre idiotie inventée par LeTigre ou par moi.

Au début du spectacle, j'ai eu un peu peur. Il n'a pas voulu rester dans mes bras (on était debouts au début). Je l'ai donc posé par terre, et il a commencé à se balader dans la pièce, sous les regards amusés de tous les spectateurs (toute ma famille, qui le voyaient pour la plupart pour la première fois, ainsi que quelques spectateurs qui souhaitaient assister au spectacle). Et puis, les acteurs sont entrés. Et là, mon petit surexcité à mille de tension toujours en mouvement, s'est métamorphosé en petit garçon sage, attentif, passionné, qui poussait des "aaaaaaaaaah !" et des "oooooooooooh" lorsque les acteurs bougeaient, se cachaient, apparaissaient et disparaissaient... Il applaudissait passionnément en même temps que les rires et applaudissements du public...

C'était un spectacle "itinérant" où le public suit la troupe d'acteurs dans les différentes pièces de la maison, avec un peu de participation du public. Du coup, pour un petit, c'était top, y avait toujours du mouvement, quelque chose à regarder ou à écouter. J'appréhendais car il n'avait pas fait de sieste, c'était 18h, et je pensais que passées les 10 premières minutes il allait chouiner jusqu'au bout...

Mais non.

Il est resté hyper attentif, parfois se baladant vers les acteurs, parfois se blotissant sur mes genoux ou sur ceux de sa mamie lorsqu'il y avait trop de bruit, trop de cris.

Le reste du WE, il a été hyper cool.

Il s'est adapté.

Il avait du monde pour s'occuper de lui, mais il n'avait besoin de personne, il découvrait une immense maison, il a adoré voir des chevaux en vrai, avait toujours une paire de genoux disponible qui lui a fait éviter le réhausseur tout le WE, il s'est goinfré dans chaque assiette, a mangé des courgettes à pleines mains....

J'ai entendu des "il est génial ce gosse ! je veux le même !" de la part des spectateurs qui n'étaient pas de la famille...

J'ai entendu plein d'autres éloges de la part de ma famille et notamment de ma tante "mais qu'est-ce qu'il est cool ! qu'est-ce qu'il a l'air équilibré et serein, il n'a pas pleurniché une minute !", j'ai vu des regards attendris, même de mon oncle qui n'est pas réputé pour être gaga devant les petits...

Pendant tout le voyage du retour, de 15h à 20h (pause comprise), il n'a pas dormi. Pas une minute. Ben ouais, faudrait pas qu'il en rate une miette quand même, de tout ce paysage qui défile ! il a pointé du doigt chaque éolienne qu'on a croisé, a éclaté de rire à chaque fois qu'on a prononcé ce mot, a essayé de le répéter sans succès, et pendant TOUT LE TRAJET j'ai eu droit à "maman ?" "Potam ?" "maman ?" "Potam ?" "maman ?" "Potam ?" sans qu'il se lasse, jamais...

Sur l'aire d'autoroute où on s'est arrêtés pour le goûter, il fallait traverser l'autoroute sur un pont entièrement vitré. Aucun danger, une grande ligne droite, tout fermé de partout, du coup on lui a laché la main et il a fallu l'arracher à la vitre, il s'arrêtait à chaque panneau vitré et faisait "aaaah !" ou "oooooh !" en montrant du doigt chaque voiture (sur l'A6 hein, je vous laisse imaginer le trafic un dimanche après-midi).

Bref, mon petit Potam hurlant, frustré, énervé, colérique, s'est transformé.

Chaque jour qui passe on découvre un peu plus ce nouveau petit garçon plein d'énergie et de vie mais si attentif, si curieux, si passionné...

Punaise ça fait du bien de ne plus avoir la honte partout où on va !