Depuis que j'occupe mes "nouvelles" fonctions (6 mois déjà), je me dis tous les jours que je dois payer quelque chose.

Mais quoi ?

Qu'ai-je fait, pour mériter ça ?

Entendons-nous bien : mon boulot ne me déplaît pas, loin de là. Certains jours c'est un peu répétitif, mais dans l'ensemble j'aime ce que je fais, j'aime ne plus être "sur la ligne" comme on dit dans notre jargon, c'est-à-dire m'être éloignée du terrain, même si je suis toujours en contact avec (on va dire que j'ai pris de la hauteur...). J'aimais bien ça, être cadre sur le terrain. Organiser, impulser, motiver, expliquer. Pouvoir changer, à mon petit niveau, quelques petites choses dans l'organisation, la gestion, le fonctionnement.

Oui mais être cadre va immanquablement avec le concept "gérer les problèmes", ce qui veut aussi dire réparer la photocopieuse, commander du papier, gérer les heures et les absences, déjouer les tensions, et s'en prendre, globalement, plein la gueule à longueur de journée.

Malgré tout, je sais que le terrain me manquera, un jour, et que j'y retournerai.

Mais je m'égare, ce n'est pas de ça dont je voulais vous parler.

Je voulais vous parler des désormais célèbres MMQR et GC, ou pour ceux qui ont loupé un post ou deux, "Madame Méchante Qui Ricane" et "Gros Con", avec lesquels j'ai l'immense privilège de partager TOUTES mes journées. 8h par jour.

MMQR est en face de moi, à environ trois mètres, peut-être moins. Nos bureaux sont collés, nos ordis se tournent le dos, nos chaises se font face.
GC est derrière moi, dans un autre bureau, derrière une cloison. Donc je ne le vois pas, ce qui est très appréciable.

MMQR a quelques qualités. Je les cherche encore. Mais elle a surtout beaucoup de défauts, parmi lesquels (non je serai pas objective et je m'en fous, j'ai besoin de me défouler) la méchanceté, la bêtise, la mocheté (elle est super moche mais je ne l'aurais pas dit si elle avait été sympa), la grossitude (idem que précédemment), la bruyantitude, la gourmandise (ok je partage avec elle ce défaut, à 40 kg près), la jalousie, l'aigreur. Je suis sure qu'en cherchant un peu je peux en trouver d'autres.

Pour GC, c'est plus simple. Il est basique, il est bête, il est tout simplement CON et GC ça lui va bien. En plus il est moche avec une bedaine (vous allez me trouver méchante, j'ai vraiment rien contre les gens qui n'ont pas la chance d'être agréables à regarder, mais quand ils sont pénibles, j'ai pas de scrupules).

Travailler avec eux tous les jours, c'est dur. Je regarde régulièrement les prévisions d'emploi du temps en ligne en attendant avec impatience les vacances scolaires ou leurs RTT.

Ce sont tous les deux de gros glandeurs, et c'est ça qui me pèse le plus. Parce que moi je suis plutôt sérieuse même s'il m'arrive comme tout le monde d'avoir du mal à bosser quand je suis crevée (comment ça tous les jours ? ;-)), mais plutôt influençable aussi, et les voir enchaîner les pauses café, les pauses discut' et les pauses internet, ça me démotive. J'ai beau m'accrocher à ma conscience professionnelle, je travaille beaucoup mieux quand je suis entourée de gens sérieux et motivés.

Non seulement ils n'en foutent pas une, mais quand ils bossent un peu, ils en parlent pendant des plombes et racontent tout ce qu'ils font, surtout MMQR (GC lui, je sais pas si ça lui arrive en fait, de travailler).

Ils racontent des blagues débiles et en rigolent pendant deux plombes, ils parlent fort, se font rire mutuellement, se défoulent sur le dos des autres, et sont méchants surtout avec la secrétaire, qui pourtant les aime bien, je n'ai toujours pas compris pourquoi (ou alors elle fait semblant et doit se dire la même chose de moi ;-)). Ils n'ont aucun savoir vivre, aucune classe, aucune distinction, une image me vient là tout de suite : celle des bidochon. Ils s'empiffrent dès qu'il y a un pot, un apéro, un ptit dej, un goûter. Je ne parle pas de faire honneur au truc, on le fait tous à part moi à cause de ces satanées allergies, je parle vraiment de s'empiffrer et de ne JAMAIS dire non, que ce soit à des bonbons, des gâteaux, des croissants, du saucisson... et en plus et surtout, de critiquer ceux qui refusent.

Quand il arrive un dossier urgent, ils disent "pffff ouais pose le là, on regardera un de ces jours" alors qu'ils sont en train de glander.

Ils s'occupent de la vie des autres (dont la mienne) parce qu'ils n'ont rien d'autre à faire et à penser. Exemple : hier, on parle avec la secrétaire de ma possible mutation et des choix que je vais avoir pour mon logement provisoire. Et vla-t-y pas les deux en train de regarder sur le site les logements vacants là où JE vais aller... gnnnn ????? DE QUOI JE ME MELE ????????

Bref, j'en peux plus.

La journée, quand j'en ai ras le bol, je branche mon casque sur mon smartphone et j'écoute la radio. Une bonne musique latino qui me donne envie de me trémousser. Le message est clair : je veux plus vous entendre. Mais je m'en fous. Parfois je me justifie par "le besoin de me concentrer" mais la vérité c'est que j'aimerais ne même pas dire ce genre de choses, juste assumer de ne plus pouvoir les entendre.

Ce matin, MMQR a fait comme moi, on avait chacune nos écouteurs... et j'ai eu une demi-heure de tranquillité !

N'empêche, parfois (quand je prends beaucoup sur moi) j'ai presque de la peine pour eux.

Ca me rend triste, de voir qu'ils sont tellement mal dans leur vie, mal dans leur peau, pour être aussi méchants, désagréables et cyniques, pour être jaloux de tout le monde et de n'importe qui.

MMQR, quand je lui demande des renseignements (elle est là depuis bien plus longtemps que moi), j'ai remarqué qu'une fois sur deux elle me dit des conneries. Exprès, à mon avis. Elle est tellement aigrie et jalouse qu'elle voudrait me voir me planter. Mais là où elle est un peu bêtasse quand même, c'est qu'elle le fait sur des trucs insignifiants qui ne me mettront pas en défaut...

Alors j'essaie d'être plus tolérante avec elle, en me disant qu'elle est quand même bien à plaindre car elle doit être bien malheureuse pour en être réduite à ça...