Fin du premier cycle sans stérilet. Il me reste un, deux ou trois jours avant les règles.

Petit tour d'horizon de mes pensées durant cette période...

Je suis assez fière de moi car j'ai beaucoup de recul.

Ca ne m'empêche pas d'y penser, parfois je me surprends à me dire "tiens, j'ai un peu mal sur les côtés des seins, peut-être que..." et puis je pense à autre chose. J'oublie.

Je ne suis pas en mode pensée unique comme ce fut le cas lors des essais bébé 1.

Pas encore, en tout cas. Combien de temps cela durera-t-il ? Pendant combien de temps vais-je arriver à être détachée ?

Je n'ai pas su quand j'ovulais, ce qui est déjà pas mal. Du coup pas de DPO, de toutes façons je me refuse à compter les DPO, ça c'est TER-MI-NE ! Je sais seulement que j'ai eu mes dernières règles le 8 février, que j'ai en moyenne des cycles de 30 ou 31 jours, donc mes règles devraient arriver autour du 10 ou 11 mars (oui quand on a des cycles de 30 jours il faut se méfier du mois de février avec ses 28 jours, il donne de faux espoirs avec la sensation d'avoir 2 jours de retard !!! niark niark niark je ne me suis pas faite avoir !).

Je n'observe pas les symptômes, je ne suis pas centrée sur mon uterus ou mes seins, je ne fais qu'attendre, d'ailleurs même pas, je n'attends pas, je vis normalement.

Ma vie de maman, de chérie du Tigre et de femme active me laisse assez peu de temps pour penser, de toutes façons, et puis je sais mieux que personne à quel point tous les symptômes du monde peuvent s'inviter sans être enceinte, et tant que la date présumée de mes règles n'est pas passée, je ne suis pas enceinte. Point.

Et c'est bon.

C'est reposant.

Je laisse faire mon corps.

En même temps je ne sais même pas si on a eu un rapport dans la bonne période !!! Entre la fatigue qui fait que je me couche avant LeTigre, et les soirs où il n'est pas là, c'est pô gagné !

J'ai des pensées assez ambivalentes. J'aimerais que ça marche tout de suite pour faire un pied de nez à dame nature, pour me venger, et puis aussi pour me sentir enfin une femme normale qui peut décider du moment où elle conçoit son enfant... et en même temps je flippe, je me dis "pas tout de suite, c'est trop tôt", je me dis "si je suis mutée, qu'on déménage en août et que je commence un nouveau job en septembre, ça craint si je suis trop enceinte à ce moment-là !".

Je sais que quand mes règles arriveront, je me dirai en même temps "bon ben zut c'est pas pour cette fois" et "ouf".

Tout ça parce que ma vie est infiniment plus riche maintenant.

Parce que même si je rêve d'une famille de deux enfants, j'en ai déjà un qui me prend du temps, de l'énergie et m'apporte un bonheur immense.

Et puis aussi, je le sais, parce qu'à la fin des essais pour Potam, j'ai enfin touché du doigt ce fameux lâcher prise, cette déconnexion entre mon cerveau et mon corps que j'ai mis si longtemps à faire.

Y penser mais ne rien contrôler.

Putain ça fait du bien !

En fait je me rends compte que j'ai acquis une grande sagesse en quelques années. J'ai appris à lâcher prise sur tout. Je ne suis plus angoissée comme j'ai pu l'être pendant des années. Je ne cogite plus. Je m'endors vite, mon cerveau en mode "rêve" et non en mode "cogitage". Je n'appréhende plus l'avenir, je vis le présent, et c'est infiniment reposant. Parfois j'ai l'impression d'être devenue stupide, comme si je ne me servais plus de mon cerveau. J'agis quand il faut agir, je me repose quand j'en ai le temps, je n'intellectualise plus toute ma vie, je ne réfléchis pas toute la journée à mon rôle de maman, je fais spontanément ce qui me vient, je ne reviens pas sur les choses passées. Je prends ce qui vient, quand ça vient.

J'ai un peu l'impression d'être devenue un légume, mais il faut avouer que je suis mille fois plus heureuse comme ça...