Je kiffe mon Petit Potam.

Ce bébé est génial, il est si beau, si souriant, si éveillé, si curieux.

Maintenant qu'il marche à quatre pattes on se régale, on lui dit "viens Potam !" et on entend ses petites mains qui claquent sur le carrelage. Bon il met du temps, car sur son chemin se trouvent plein de choses passionnantes (une poussière, une miette, une prise, une chaise, un magazine...), mais il vient !

Il a encore énormément envie d'être avec nous, ça lui est difficile de rester "en bas" pendant qu'on mange sur le bar, et dans sa chaise haute, ça suffit pas, il veut les genoux, il veut voir, il veut manger dans notre assiette, il veut manipuler la fourchette, boire dans notre verre et là, sur nos genoux, c'est le plus heureux des bébés...
Tant qu'on ne le prend pas dans ces moments-là, il s'accroche à nos tibias, tire nos pantoufles, gémit en tirant nos vêtements, dressé sur ses genoux. Ca peut durer un moment !

Et puis c'est teeeeellement craquant de le voir prendre son autonomie, découvrir, essayer des trucs, s'entraîner, recommencer, progresser. Maintenant quand il est sur le ventre (parfois il glisse, parfois il fatigue alors il s'allonge et met sa tête sur ses bras, se repose deux secondes et repart !), pour se mettre à genoux il nous fait un ptit saut ! hop direct à genoux ! il fait son malin là, il oublie qu'il y a à peine un mois il ne savait même pas s'asseoir seul !!! Il me fait craaaaaaaaaaquer !

Il marche, ça y est. Pas complètement seul, c'est à dire qu'il ne fait que des petites distances tout seul, mais maintenant il se lâche de lui-même, fait son petit quart de tour sans les mains, et vient vers nous tranquillement, d'un pas assez sûr. Les distances s'allongent, il manque encore un peu d'équilibre, parfois il fait n'importe quoi on dirait qu'il est bourré, il s'emmèle les pieds...

J'adore quand il se regarde dans la glace. Il peut y passer beaucoup de temps. Il fait des mimiques, des gestes, il danse, gronde, et se regarde, pour "voir comment ça fait". Il cache ses mains derrière son dos comme quand on chante les marionnettes et qu'elles s'en vont, il agite les bras en se grondant lui même, fronce les sourcils puis se sourit, bref c'est un spectacle hilarant... Je pourrais passer ma journée à le regarder...

Il adore étendre le linge. Il est avec moi dans la chambre, et il me passe les "petites pièces" (sous-vêtements, chaussettes, ou ses bodies) : il les choisit soigneusement, les secoue car il m'a vue faire (ça le fait marrer), puis me les donne. Mais parfois il ne veut pas donner. Il brandit une de mes culottes comme un trophée et se casse avec en prenant bien soin de récurer le sol avec... Et puis quand il en a marre il prend une pince à linge et essaie de la mettre sur l'étendage. Il s'entraîne hein. Il a pas encore compris la technique mais il ne renonce pas... ou alors il tire toutes les chaussettes, j'ai plus qu'à tout recommencer...

En ce moment il sort quatre molaires et les canines. Ca fait 8 dents en même temps. Sa bouche ressemble à un énorme morceau de gencive enflée et rouge, certaines sont sorties, d'autres sont imminentes, on les voit sous la peau et on les sent sous les doigts... Pauvre bonhomme il souffre, parfois il en a tellement marre qu'il se tape les joues en faisant "aïe aïe aïe" c'est dur de le voir souffrir comme ça. On le soulage comme on peut à coup de doliprane et de dolodent mais c'est bien peu de choses. Le rhume et les déplacements tout neufs l'achèvent, il est claqué, il fait des siestes de 2h30 le matin et fatigue vite.

Quand elles seront toutes sortie, ça lui en fera 16 et il pourra enfin vraiment mâcher ! J'ai hâte !!!

Tout le monde me disait "tu verras, quand il se déplacera, finie la tranquillité !" mais pour nous, c'est l'inverse. Des mois et des mois de cris, et là, on revit ! On le voit heureux, fier, excité par toutes les nouveautés. Il a toujours son caractère, mais c'est plus facile...

J'ai envie de le croquer, de le renifler toute la journée.

En ce moment il ne jure que par son papa, je suis frustrée............ chacun son tour, il y a quelques semaines, c'était l'inverse !