Normalement, si tout se passe bien, je change de boulot bientôt.

Au premier septembre ou un peu plus tard si je ne suis pas remplacée tout de suite.

Je ne vais pas bien loin, physiquement dans un autre bâtiment mais sur le même site, avec les mêmes horaires, le même statut (jours de congés, récup et tout ce qui va bien), simplement je change de fonctions.

Mon chef direct sera mon actuel N+2, et pourtant, je n'ai pas été promue ;-)

Je passe dans son équipe de direction, je vais faire de la rédaction. C'est bandant hein ?????
On sera une équipe de trois ou quatre, mon boulot consistera dans des tâches de rédaction de notes, d'instruction de dossiers, de contrôle des dossiers montés par les services qui relèvent du chef (comme le mien en ce moment), pour l'essentiel.
Rien de bien folichon, mais les tâches concrètes que j'aurai à faire ne seront pas moins intéressantes que celles d'aujourd'hui (même si sur le papier ça a l'air moins sympa), et j'aurai enfin LA PAIX !

Aujourd'hui, je suis adjointe au chef d'un service de 30 personnes, je bosse "sur le terrain", c'est speed, tendu, je fais de l'encadrement mais aussi je gère TOUS les problèmes... Mon chef me délègue tout ou presque (et il a raison, je ferais la même chose à sa place), je gère les emplois du temps de chacun (compliqué car ils ont des horaires décalés), les congés, les demandes de formation, le matériel, la suite des dossiers initiés par mes collègues (décision, suivi, enregistrement, instruction pour les plus compliqués et transmission), et en plus de ça, je GERE LES PROBLEMES, les demandes diverses, les stat, etc... autant dire que chaque jour, ça va dans tous les sens, toute la journée, toutes les cinq minutes j'ai un coup de fil, un mail, un collègue qui me donne un dossier, qui a besoin d'un conseil, d'une décision, d'une signature, les usagers qui viennent me voir dès qu'ils ont quelque chose qui sort de l'ordinaire (donc forcément, des trucs chiants ou compliqués ou les deux). Et ça n'arrête pas. Jamais. (A part peut-être, en ce moment entre le 1er et le 15 août, et encore, ça dépend des jours). Le tout dans une ambiance détendue certes, avec des gens sympas, mais bruyante. Un bureau tout ouvert, où les gens vont et viennent (c'est le terrain !), où on parle fort, où on rigole, où on est nombreux, dans de grands open space où les usagers entrent et sortent...

Et je n'en peux plus. C'est intéressant, c'est vrai. C'est varié. J'ai de l'adrénaline tous les jours. Quand j'arrive je ne sais pas à quoi va ressembler ma journée. Mais c'est épuisant. Je me disperse, toute la journée, dans mille tâches ingrates, toutes urgentes, j'ai dix dossiers en cours en permanence, je réponds aux mails urgents en interrompant ce que je faisais qui était déjà urgent, bref, c'est le stress toute la journée.

J'ai appris à gérer ce stress. Il ne me rend plus malade, il ne m'impressionne plus, il reste l'adrénaline et le speed mais plus d'angoisse, moins de stress. Je reste détendue et plutôt calme. J'ai appris à dire non, parfois (mais la nature même de mes fonctions fait que je peux dire "plus tard" mais pas "non"). J'ai appris à débrancher le téléphone quand j'ai besoin de me concentrer. J'ai appris à faire mille choses à la fois, à être réactive.

Mais je n'ai plus envie de tout ça. J'ai fait ça quatre ans (dont trois ans dans ce service), et je sature. J'ai besoin d'autre chose, j'aspire à un poste plus calme, plus reposant. Et surtout, sans encadrement.
L'encadrement, en théorie, ça me plaît. J'aime décider, organiser, planifier, motiver, expliquer. Je détestais prendre la parole en public mais petit à petit ça me pèse moins. Je me suis rendue compte qu'on n'était pas jugé quand on avait l'air sûr de soi. Qu'on était au contraire écouté. Qu'on pouvait dire à peu près n'importe quoi, du moment qu'on le dit avec assurance, ça passe ! bon je n'aime toujours pas, mais j'y arrive sans stress (ou juste avec les mains un peu moites...).
Mais en pratique, gérer des gens, c'est lourd. C'est pénible. On a l'impression d'être maîtresse en primaire (et j'aimerais mille fois mieux être maîtresse en primaire). On entend tout le monde se plaindre, tout le temps. Ca ne va jamais, c'est toujours mieux ailleurs, faut toujours faire autrement, c'est insupportable !

 

Dans mon nouveau poste, je ne serai pas dérangée toute la journée. Je n'aurai pas de tâches d'encadrement. J'aurai du boulot, mais moins d'urgences, je pourrai m'organiser, je serai autonome et non soumise toute la journée aux besoins des uns et des autres. J'aurai moins de collègues, je serai au bout d'un couloir calme, dans une pièce où on sera deux, d'autres collègues dans d'autres pièces dans le même couloir, une salle calme pour boire le café, j'aurai le temps d'aller aux toilettes peinarde sans revenir avec trois dossiers... Ca va être BON !!!!

J'avoue, j'ai un peu peur de m'ennuyer. Il faudra que je m'adapte, car j'ai pris l'habitude de travailler dans l'urgence et de me dire "j'ai rien à faire" tant que je n'étais pas à la bourre. Il va falloir que je change ma façon de fonctionner, mais je crois que je vais aimer ça.

A mon poste aujourd'hui, je suis compétente. Je peux répondre presque à toutes les questions qu'on peut me poser, je suis réactive, je prends des décisions sans trop hésiter, je dis les choses avec assurance, je n'appréhende aucune situation. Et j'aimais ça, me sentir compétente.
Il va falloir réapprendre à gérer un autre poste, et ne pas se sentir compétente pendant un certain temps. Accepter que ça prenne un peu de temps.

Je n'ai jamais passé autant de temps dans un poste que dans celui que j'occupe aujourd'hui. Depuis que je bosse, entre les changements de service, les mutations, les concours, j'ai changé tous les ans ou tous les deux ans jusqu'à aujourd'hui. Ca me fait bizarre de me dire que je vais devoir tout trier, tout ranger, faire un gros carton avec mes affaires, et libérer le bureau que j'occupe depuis trois ans, qui sera occupé par quelqu'un d'autre.

Mais j'ai hâte, tellement hâte... enfin du calme..........