Avec la réussite de l'opération Bib (il boit désormais ses bib, soit de mon lait, soit de lait artificiel, sans problème mais encore avec une petite pointe de compote...!), j'entrevois la possibilité de choisir réellement le moment d'arrêter l'allaitement. Jusque là c'était allaitement forcé, car Tigrou refusait le moindre biberon.

J'ai du mal à l'admettre, mais il faut se rendre à l'évidence : mon allaitement n'a pas été une réussite...
Entre le RGO et les énervements, les cris, les griffures, les pincements, la stimulation incessante au tire-lait pour essayer de suivre les besoins de mon petit loup, son énervement à chaque tétée dès que le lait cesse de jaillir à flot dans sa bouche, on en a bavé, lui et moi.

Quelque chose en moi de tenace (d'entêté même) continue à se dire "il faut continuer, coûte que coûte", "c'est le meilleur lait pour lui" et de penser à tous ces gens qui veulent que je continue. Je ne fais pas la liste, mais en tout premier il y a ma mère.

Ca fait quelques semaines seulement que j'ai réalisé qu'elle me met une pression inconsciente. A chaque fois que je lui ai parlé d'un éventuel bib, elle m'a posé la même question : "mais c'est TON lait dedant non ?". Quand je lui ai dit qu'il était temps de retourner au boulot, elle m'a demandé "mais tu vas pouvoir continuer à allaiter à 100% ?".

Elle, elle a vécu deux allaitements "parfaits" : beaucoup de lait, jamais aucune douleur, jamais aucune question, aucune difficulté, à tel point qu'elle a été incapable de me donner le moindre conseil. D'ailleurs de toutes les étapes de ma vie de femme, ma mère n'a jamais su m'aider ni me conseiller (malgré la meilleure volonté possible).
Et puis il y a trois semaines, j'ai remis par hasard la main sur mon carnet de santé, j'ai relu le tout début et j'ai lu "allaitement mixte pour reprise des activités", écrit par le pédiatre en septembre 1979. J'avais deux mois.
Depuis, je me fous de ce qu'elle peut me dire sur l'allaitement.

Je crois qu'il est grand temps que j'arrête de faire les choses "pour les autres".
Ces autres qui ne savent pas à quel point c'est pénible un bébé qui hurle à chaque tétée depuis 4 mois et demi. A quel point c'est déprimant de tirer 80 ml au tire-lait en une demi-heure, alors qu'au bib Tigrou descend 180 ml en 3 minutes.

En plus, j'ai un peu l'impression que c'est LUI qui me dicte qu'il est temps de passer à autre chose. Il crise pendant les tétées, il est bougon après, il a du mal à dormir la journée, il se réveille à nouveau la nuit...
Je ne sais pas si tout ça a un lien. Mais une chose est sûre : le sein ne lui apporte pas le réconfort et la sérénité que ça devrait lui apporter. Età moi non plus.

Alors à quoi bon ?