Je viens de passer presque trois jours avec ma grand-mère.
Elle est venue chez moi, elle voulait absolument voir le Tigrou.
Je ne voulais pas qu'elle vienne, je pensais qu'elle attendrait que j'aille à Lyon pour les voir, mais elle a insisté. J'ai essayé de trouver des excuses pour lui faire comprendre que ce n'était peut-être pas une bonne idée, mais elle a démonté tous mes arguments et a fini par dire "je t'aiderai, je ne veux pas être un poids".
Alors j'ai dit oui. Je pensais non et j'ai dit oui, comme d'habitude. Mais quand vais-je arriver à dire non aux gens pour me préserver, moi et ma petite famille ???

Ma grand-mère a 84 ans et elle ne sait pas parler aux gens sans donner des leçons, ne sait que dire "il faut" ou "tu devrais", a des idées très arrêtées sur tout, et quand je vois à quel point mon père et ses frères ont un énorme manque affectif, je me dis que ça ne devait pas être la reine de l'affection avec ses enfants. En d'autres mots, c'est ma grand-mère, je l'aime bien mais elle est pénible. Disons que deux heures chez elle à boire le thé, ça passe, plus, je craque...

Alors trois jours.................

LeTigre ne voulait pas qu'elle vienne, mais je n'ai pas réussi à lui dire non. Il m'en a voulu, on s'est même engueulés à cause de ça et je lui ai promis qu'à l'avenir, je réussirai à dire les choses.

J'ai eu droit aux leçons de moral bien sûr et aux "conseils" qui ressemblaient plus à des ordres. Comme je suis très gentille je n'ai jamais rien dit, j'ai pris sur moi, j'ai acquiescé ou défendu parfois mes idées en luttant pour ne pas m'énerver.

"Tu devrais le laisser pleurer"
"Et là qu'est-ce que tu vas faire, tu vas le coucher dans son lit ?"
"Il a sommeil ce ptit"
"Tu sais, tu devrais pas l'habituer à l'endormir en le berçant dans tes bras" (je rappelle que Tigrou n'a pas encore 8 semaines...)
"C'est normal qu'il pleure à chaque fois que tu le mets dans son lit, il attend que tu reviennes puisque tu y retournes à chaque fois"
"Oh c'est pas la peine de le changer c'est pas bien grave s'il dort un peu dans son caca, il s'en fout lui !" (mais bien sûr !)
"Tu as rendez-vous quand chez le pédiatre ?"
"Et tu vas lui dire quoi au pédiatre ?"
"Et c'est une femme votre pédiatre ?"
"Et tu lui diras bien qu'il régurgite hein"
"Et au fait c'est quand que tu vas chez le pédiatre ?"
"Le touche pas, tu vas le réveiller"
"Donne-le moi"

Bref... vous avez compris l'idée...
Elle a passé son temps à tout observer (y compris et surtout les tétées bien sûr), tout commenter, poser mille questions, ne pas écouter les réponses et reposer les mêmes questions une heure plus tard.
Elle voulait m'aider et ne pas être un poids, elle n'a même pas été capable de mettre son bol dans le lave-vaisselle ou de refermer le couvercle de la confiture. Elle laissait TOUT en plan, pour venir me voir donner le sein (elle a même pris une photo). Elle n'a jamais aidé à mettre la table ou à débarrasser. Bon c'est pas pour le travail que ça occasionne, on s'en fout, c'est pour le principe... elle qui ne voulait pas être un poids, elle aurait pu au moins faire un peu semblant de donner un coup de main de temps en temps...

J'avoue que je n'ai pas toujours fait beaucoup d'efforts pour faire la conversation. J'aurais aimé parler d'elle, de moi, de nos vies, de nos sentiments...etc.. à la place elle me demandait qui j'allais voter aux présidentielles, et qu'est-ce que je pensais de l'euthanasie... pffff... rien à foutre... surtout à 22h30 quand le Tigrou était enfin couché et que je n'avais qu'une envie : dormir...

Ces trois jours ont été HYPER longs. Je comptais les heures à la fin. Elle est repartie ce soir, je l'ai emmenée à la gare. Le Tigrou s'était endormi dans la voiture, et quand j'ai remis le contact je lui ai dit "c'est bon Nini, tu peux te réveiller, elle est partie !".

J'ai même pas mauvaise conscience de tous ces mauvais sentiments. Je me suis juste sentie envahie chez moi, c'était vraiment désagréable.

C'est vraiment pas politiquement correct ce que je viens d'écrire, j'aurais pu dire que j'avais de la chance d'avoir encore ma grand-mère et qu'elle soit assez en forme pour prendre le train et venir me voir, que j'étais trop heureuse qu'elle voie son arrière-petit-fils, mais je m'en fous. Je ne le pense pas alors je vais pas mentir. Elle est chiante, elle m'a gonflé, elle s'est imposée et ça m'a été vraiment pénible.

J'ai même pensé à un moment "Tigrou, fais un gros vomito sur mamy". J'ai honte...

J'ai malgré tout essayé de rester bien calme et de prendre beaucoup de recul pour que Petit Tigrou ne ressente pas mon énervement et je crois que ça a marché car il a été calme. Cette nuit il a même dormi de 21h30 à 11h30, avec seulement une tétée à minuit et demi et une à 9h... trop génial ce p'tit Loulou...