Bah voilà, fallait bien que ça arrive.

Et non, je ne suis pas plus forte qu'une autre, j'ai cru y échapper mais moi aussi j'ai mes ptits -gros- coups de mou après bébé.

Bien sûr, je suis super heureuse d'avoir ce petit bout chez nous, il est sage, calme, beau, rigolo avec ses grimaces et ses grands sourires quand son papa lui parle (hasard ou pas, lorsque LeTigre gagatise tout près du visage du Tigrou, il se marre... c'est excellent...).

Donc, je suis super heureuse, disais-je.

Oui, mais.

Mais c'est dur. Physiquement, nerveusement, psychologiquement dur.
Depuis quelques nuits, on dort moins bien. La dernière tétée est passée de 23h30 à 22h, et ça change tout, parce que la suivante est décalée à 2h30-3h et ensuite c'est 6h30-7h. Ok, on se rendort, mais j'aimais bien quand il dormait de minuit à 5h... parce que les tétées sont longues et que je reste plus d'une heure éveillée à chaque fois que je me lève. Mes nuits sont donc bien hachées, sans compter tous les petits bruits et cris qu'il fait, c'est incroyable ce qu'il peut faire du bruit...

Et puis, il n'y a pas que ça.
C'est mon rapport à mon corps qui est difficile en ce moment. Je ne parle pas seulement d'esthétique, non, je sais que je ne peux pas retrouver la ligne en quelques jours, je m'étais préparée à ça, et c'est pas si grave. J'ai perdu le plus gros après l'accouchement, et maintenant ça stagne. J'ai toujours un bon bourrelet au bide, même si ce n'est pas excessif, il est là, tout mou, et j'ai beau me dire que c'est normal, ça m'énerve.
En plus je mange bien, parce que j'ai la dalle. Je mange super équilibré, mais beaucoup... alors pour maigrir, c'est pas terrible.

Mais surtout, ce qui est difficile, c'est tout le reste. C'est la fatigue de l'accouchement + de l'allaitement + des nuits incomplètes, c'est perdre encore et toujours du sang, des caillots et porter des serviettes hygiéniques sans arrêt depuis trois semaines, c'est avoir mal aux seins tout le temps (seins gonflés, mal aux tétons), c'est devoir porter des coques dans mes soutif à cause des crevasses, c'est super moche sous les fringues et pas très agréable, c'est aussi ne plus rien avoir à me mettre et rester toute la journée en jogging T-shirt parce que je ne rentre plus dans mes jeans d'avant, mais que mes fringues de grossesse sont trop grandes...

Alors, je déprime.
Je m'imaginais en jeune maman sexy et bien habillée, mais j'ai vraiment PLUS RIEN à me mettre. Avant, quand je disais ça, c'était pas vraiment exact, j'avais mille choses que j'avais pas trop envie de mettre. Aujourd'hui, c'est réel. Je n'ai plus un seul pantalon qui me va (à part les pantalons d'été en toile ou lin mais il fait trop froid maintenant), plus un seul jean. Il y en a deux dans lesquels je rentrerai bientôt, j'arrive à les fermer mais ils sont trop serrés.
Quant aux hauts, je ne sais plus quoi mettre. J'ai besoin de fringues confortables mais j'ai aussi besoin de me sentir un peu habillée et pour l'allaitement y a pas grand chose de pratique ET joli.

En fait je me suis élargie au niveau du bassin. Et j'ai un peu peur que ça ne revienne jamais comme avant. En soi c'est pas vraiment grave mais il va falloir que je refasse toute ma garde-robe... et pour l'instant je ne peux pas m'absenter pour faire les magasins parce que le petit Nino réclame à manger toutes les deux ou trois heures et qu'il est trop petit pour que je l'emmène.
Alors je vais acheter des fringues sur internet, sans les essayer, avec le risque de tout renvoyer si ça ne me va pas...

 

Et puis, aussi, je me sens totalement débordée. Je suis là à écrire alors que j'ai une tonne de repassage qui m'attend, que la maison n'a pas été lavée depuis.... pffffff je sais même plus.... j'ai plein de lessives à faire (mais qui dit lessives dit repassage ensuite alors je retarde le moment...!), plein de gens à rappeler.
En fait tout le monde a attendu quelque temps avant de m'appeler, que je rentre tranquillement de l'hôpital, mais depuis, ça n'arrête pas, j'ai des appels tout le temps, 9 fois sur 10 je ne peux pas répondre alors il faut que je rappelle.
C'est sympa, les gens pensent à moi et ça me fait réellement plaisir. Mais quand trouver le temps de papoter ? Quand j'ai une heure devant moi j'ai tellement de choses plus urgentes à faire... (même écrire ici parce que ça me fait du bien). Même pas fini les faire-part. Même pas le temps de me reposer.

 

Bon je vous rassure, je râle et je me plains mais globalement ça va. Et puis j'ai de la chance, LeTigre est en congés jusqu'au 15, il est avec moi tout le temps, il gère le Tigrou quand il n'y a pas de tétée à donner et que je dois faire des choses... c'est déjà énorme... et j'ai la chance d'avoir un bébé super calme qui ne s'énerve que le soir.

Mais quand même, c'est pas évident, je traîne en jogging avec un gros bide, du vomi de bébé sur mes T-shirt, mal aux seins et la foufoune coincée dans des serviettes hygiéniques depuis des jours et des jours... pas top l'image que j'ai de moi en ce moment...