P1060072... et on arrête de psychotter.

Pas possible. Définitivement pas possible. Je crois que toute celles qui vivent cette attente savent à quel point on devient schyzophrène dans cette période.
Une partie de mon cerveau y croit et me dit "mais pourquoi pas cette fois ?" ou "et si cette fois c'était la bonne... je lui dirais comment ? J'accoucherais quand ? Je pourrais plus partir en vacances l'été prochain... on le dirait quand à nos familles ?".

Mais l'autre partie n'y croit plus, ni pour cette fois ni pour les prochaines, et me dit "tu seras déçue comme d'hab", ou "pourquoi est-ce que tu te fais toujours avoir ? TOUS LES MOIS ? T'es maso ou quoi ma pauvre ?".

Bon tout ça pour dire que je ne fais aucun pronostic. Je ne sais pas. Je ne ressens rien. Ni que c'est mort, ni que c'est bon. RIEN. Même pas des ptits tiraillements, ou de légères douleurs de règles, NADA et encore moins que d'habitude. Parfois je me dis que si je ne ressens pas les ptites choses de d'habitude, c'est bon signe. D'autres fois, je me dis que ça veut dire que c'est encore plus mort que d'habitude. Et le plus souvent, je me dis que rien ne veut rien dire, c'est trop tôt, beaucoup trop tôt, même si c'est positif il y a des femmes qui ne sentent rien avant au moins deux semaines de retard de règles... qu'il faut seulement ATTENDRE. Attendre les règles, vendredi. Attendre patiemment, ne pas trop y penser et essayer, surtout, d'arrêter de culpabiliser à chaque fois que j'y crois.

Parce que oui, j'ai le droit d'y croire. Oui, il y a quelques chances que ça ait marché. Et même un peu plus que les fois précédentes. Et comme toutes les femmes, même si ça fait 24 fois, j'ai le droit d'imaginer que je peux être enceinte si j'ai eu des rapports non protégés pendant mon ovulation. Le droit de rêver, le droit d'imaginer, parce que ça ne fait de mal à personne et que la douleur, lorsque les règles arrivent, est la même de toutes façons.

Globalement ça ne me prend pas la tête même si j'y pense un peu tout le temps. Comme je ne ressens rien ça m'aide à ne pas trop me poser de question, j'y crois quand même un peu mais je n'arrête pas d'imaginer la suite, mon cycle du mois d'août sans aucun traitement, et l'IAC en septembre si on a un peu plus de chances que cette fois-ci. Ca veut bien dire que je n'y crois, finalement, pas tant que ça.

Bref... nous avons passé trois jours chez mes beaux-parents, et globalement depuis le début de nos vacances, on a fait pas mal d'orgies. On mange bien, beaucoup, on ne fait pas de sport ou presque, on dort le matin, on fait la sieste, et avec tout ça j'ai pris un peu de poids.
Alors depuis aujourd'hui, j'ai décidé de recommencer à faire du bien à mon corps.

Ca fait déjà 15 jours que je ne bois plus d'alcool (deux toutes petites exceptions : une coupe de champagne le jour de mon anniversaire, et un petit apero chez mes beau-parents pour éviter que tout le monde ne se pose de questions si je refuse), et plus de café. Plus du tout.
Je me remets à la Wii fit tous les jours pendant les vacances, puis tous les deux jours ensuite si je n'arrive pas à garder le rythme. Je fais du yoga pour faire du bien à mon corps pour le rééquilibrer et me sentir bien, et c'est super efficace. Et puis je vais m'acheter un VTT pour faire des balades et me remettre sérieusement à la natation. Mon objectif : nager 1 km au moins deux fois par semaine, trois si possible.

Voilà. Ma rentrée à moi, elle sera le 2 août. Reprise du boulot, reprise du sport et d'une vie un peu plus cadrée (arrêter de dormir et de manger à n'importe quelle heure).