P1060131 Magnifique journée.

Journée de grève pourtant, pour nous qui prenions le RER ç'aurait pu être une journée de galère, de chaleur moite sur les quais bondés et bruyants, d'attente, de fatigue.
Mais non.

Une journée extraordinaire de milliers de belles petites choses.

Déjà, évidemment, ce temps sublime, cette chaleur, cette brise tiède sur les épaules et les bras nus... Ca suffit à donner le ton de la journée.
Et puis ma collègue P., que j'ai découvert ces quelques jours, que j'adore, qui a 16 ans de plus que moi mais avec laquelle je me sens comme avec une copine de longue date. Les fou-rires idiots lorsque, pendant le groupe de travail, je renverse ma bouteille d'eau sur la table, le clavier, les dossiers et que je mets 10 bonnes secondes à réagir devant les regards intrigués.... Le mail qu'elle envoie ensuite à mes collègues restés au bureau pour leur demander comment ils font pour me supporter... nos regards lourds de sous-entendus lorsque Josiane la mégère coupe la parole à tout le monde...

Les nouveaux collègues des autres régions, que je découvrais et que j'ai beaucoup appréciés. Les repas et le café dehors à discuter tous ensemble comme si on se connaissait depuis des années (sauf Josiane bien sûr qu'on avait réussi à semer).

Et puis, le nouveau trajet pour ne pas prendre le RER B, les discussions de travail qui finissent à 15h pour permettre à tout le monde d'avoir un train sans problème, et nous, à 16h, nous retrouvant à flâner chez Promod et H&M. Le Tigre, qui me croyait en train d'attendre des heures un RER gare du Nord, qui me voit arriver comme une fleur à 17h au milieu de son match.

Sa joie lorsque l'Italie égalise... sa stupeur lorsque le but est refusé pour un hors-jeu discutable... Sa tristesse devant "ses" joueurs en larmes qui vont rentrer chez eux...

Le Coca-citron pris au frais dans la maison en débardeur, pantacourt et tong.
Les 20 minutes passées à bronzer en sous-vêtements sur les transat, le Tigre qui me dit "tu me montres tes seins ?" et qui reluque mes fesses, à défaut...
Le sublime moment de lecture, une fois mon Tigre parti travailler, à l'ombre en écoutant les oiseaux et en prenant des photos de mon pigeon ramier qui vient comme d'habitude passer sa soirée tout en haut du sapin :

 

P1060141

 

Le plateau repas sous la pergola face à mon jardin, toujours en débardeur et tongs.

La douche fraîche après l'épilation (j'ai prévu de mettre ma petite jupe blanche demain... allez j'ose...).

Les cinq fantastiques minutes à 22h sur mon banc en pierre sous le prunier, devant les lys orange, et le vent frais sur mes épaules, les oiseaux qui poussent leurs derniers cris avant d'aller se coucher, les quelques voix des voisins qui me parviennent, étouffées, du bout de la rue.

Une journée inoubliable et pourtant, si simple.... j'aime tellement le mois de juin...