Ca y est, je reviens de chez le doc et je suis partagée.
Je suis sortie du cabinet en larmes, mais ça va mieux. Je digère un peu ce qu'il vient de me dire.

Comme je l'avais un peu pressenti, le clomid ce n'est définitivement pas fait pour moi. A J11, j'ai deux follicules de 24 mm, c'est à dire un peu trop gros pour donner une bonne ovulation. Pourquoi est-ce qu'ils n'ont pas été libérés lorsqu'ils étaient un peu plus petits, c'est un mystère, doc ne le sait pas mais j'ai maintenant la confirmation que mes ovulations sont poussives et mauvaises : elles ne se déclenchent pas. Il a hésité à me la déclencher quand même aujourd'hui, mais m'a dit que j'allais sans aucun doute ovuler spontanément dans les heures qui viennent (et LeTigre qui bosse cette nuit ! on va faire un câlin demain matin avant que je parte au bureau...), mais qu'il avait des doutes sur la qualité de l'ovulation. Il se peut aussi que je libère les deux en même temps... et que je fasse des jumeaux ! mais je ne m'emballe pas, je n'y crois pas une seconde.

Il a été assez brutal. Disons, direct. Je sais qu'il ne fait pas dans la dentelle, je le connais maintenant, je m'y prépare et ce n'est pas bien grave. Au moins, il dit les choses telles qu'elles sont.
Il m'a dit qu'au bout de deux ans, on a suffisamment attendu, que le clomid, ça sert à rien pour moi et qu'on va arrêter, il me dit qu'on peut passer à la stimulation par piqures mais qu'il vaudrait mieux passer directement à l'IAC. Tellement plus de chances que ça marche, dit-il.

Oui, mais c'est un peu rude comme nouvelle pour ce soir. Je ne m'y attendais pas. J'ai envie de faire au moins un cycle ou deux de stim par piqure avant l'IAC, mais le problème, c'est qu'on va arriver dans l'été, et avec les vacances, ce serait très compliqué, donc repoussé à septembre, et là, c'est tout simplement pas possible : commencer les stim par piqure en septembre c'est beaucoup trop loin, je peux pas, je n'ai pas envie d'attendre trois mois sans rien faire et regarder le temps passer....
Donc finalement, l'IAC dès juillet, pourquoi pas...

Ca pourrait se faire très rapidement, tout dépend si j'arrive à obtenir un RV rapidement avec le biologiste PMA. Sinon, ce sera l'IAC en septembre, mais rien entre les deux, et ça me déprime à l'avance de passer encore tout l'été à attendre.

J'ai vraiment envie de me lancer, mais c'est difficile d'admettre qu'on n'aura pas su faire un bébé tout seuls et qu'il nous faudra une aide pour mettre son sperme dans mon uterus ;-). Mais après ? Qu'est-ce que ça change ? L'important c'est de réussir à faire un bébé, si c'est dans un labo quelle importance ? Ce sera toujours son sperme, mes ovules et nos ADN, nos cellules qui feront un petit être unique, ça ne changera rien de le faire sous notre couette ou dans un labo. Mais c'est quand même moins glamour et j'aurais cette sensation d'échec. C'est différent de dire aux autres : "on a eu du mal, mais on y est arrivés au bout de deux ans", et "on n'y est pas arrivés, on a fait une insémination". J'aurais tellement aimé pouvoir dire la première phrase.

Mais si c'est seulement par fierté mal placée qu'on va encore repousser et attendre un miracle qui n'arrivera pas, je crois que ça ne sert à rien...

Bref, je vais y réfléchir tranquillement, prendre en tout cas RV avec le doc PMA avec qui j'avais eu une super impression au moment du spermogramme, en parler avec lui, et prendre une décision à ce moment là. A part prendre le RV, il n'y a pas d'urgence et on peut prendre un petit moment pour réfléchir.

Sinon, j'ai quand même deux très bonnes nouvelles : je n'ai plus de kystes aux seins, ils se sont résorbés tout seuls, et surtout, il a trouvé le spermogramme très bon, à part la mobilité qui est moyenne, le reste est au top, donc c'est un très bon point. Reste plus qu'à me faire avoir de bonnes ovulations et ça devrait marcher...
Il m'a dit qu'on ferait 6 IAC, puis FIV. Mais 6 IAC, ça va prendre au moins un an à mon avis, d'ici là j'aurai le temps de me faire à l'idée de la FIV si vraiment ça ne marche pas. Mais je pense que dans notre cas, si le seul problème c'est mon ovulation, ça devrait aller. J'ai juste une frayeur : que je n'arrive jamais malgré les stim à fabriquer un bon ovule...

En fait c'est bizarre, je crois que finalement je suis soulagée. Soulagée de pouvoir dire qu'il y a un problème, que j'ovule mal et que c'est à cause de ça. C'est tellement plus facile à gérer que lorsqu'on vous dit "tout va bien, il n'y a aucune raison que ça ne marche pas" (et que ça ne marche pas quand même).

Bon en attendant, je vais peut-être ovuler correctement ce mois-ci, tout n'est pas totalement perdu, on sait jamais, un petit miracle est toujours possible...