Et oui, le rêve est terminé. Il était beau, c'était chouette d'imaginer que notre bébé était prévu pour le 24 décembre.

Mais c'était du rêve.

La réalité, c'est ça :

P1050059

Pas grand chose qui change de d'habitude, en fait.

Elles sont là depuis 5 minutes. J'ai eu si mal au ventre hier soir et ce matin, je ne comprends pas pourquoi elles n'arrivent que maintenant, mais peu importe, elles sont là, l'espoir est parti, c'est fini.

Je suis si fatiguée. Je sais, j'écris tous les mois la même chose, les mêmes mots. Mais je n'y peux rien, je ne m'habitue pas.

Appeler une gynéco. Continuer à y croire. Ne pas baisser les bras et ne pas culpabiliser. Ne pas haïr mon corps et continuer à lui faire confiance. C'est compliqué de concevoir un bébé. Il faut que tellement de paramètres soient réunis. Mais un jour, la magie opèrera, la chimie se fera. Faire toujours confiance à la nature qui attend le meilleur moment. Se dire que si ce n'est pas maintenant, c'est qu'il y a une raison, même si je ne la connais pas.
Je vais essayer de ne plus y penser.

Les belles surprises, ça n'arrive qu'aux autres. Moi, je n'ai que le droit de rêver, d'imaginer. Et je dois continuer à faire semblant d'être forte parce que personne ne peut m'aider et ça ne sert à rien de se lamenter auprès de ceux qui n'ont jamais vécu ça. Notre bébé, s'il naît un jour, ne naîtra pas avant 2011. J'ai commencé à essayer de le concevoir en août 2008. Si on me l'avait dit, je ne l'aurais jamais cru. J'aimerais revenir en arrière, à cette époque où je pensais que pour faire un bébé, il fallait arrêter la pilule. Ca paraissait si facile. Ca me paraît si loin. Maintenant, ce n'est plus un projet, c'est un combat.

Je n'aime pas voir la déception dans les yeux de mon homme et son impuissance à consoler ma peine. Ses efforts, pour cacher la sienne. On s'embrasse, on s'enlace, on ne dit rien. Quelques caresses, quelques larmes, quelques baisers, mais pas de mots. Ils sonnent faux et ne servent à rien. On est soudés, on est deux, on souffre ensemble et en silence.

Ce WE, la nièce de 9 ans de monTigre m'a demandé "Tata, c'est quand que vous allez avoir un bébé, tonton et toi ? J'aimerais bien que vous en ayiez un". C'était tellement sincère, je lui ai répondu avec simplicité que nous aussi, on aimerait bien. Alors elle m'a pris la main et m'a dit "pour Noël, je demanderais que vous ayiez un bébé".