P1050019Plus qu'une journée, deux maximum, voire quelques heures, avant le verdict. Et je suis sereine. Pourtant j'y pense toute la journée... mais sans vraiment y croire. Mon cerveau est tellement habitué au psychottage de fin de cycle, qu'il s'est mis en pilotage automatique et détecte le moindre ressenti physiologique. Pourtant, la partie consciente de mon cerveau se fout de sa gueule. C'est le bordel là-haut, je vous raconte pas. Y en a un qui n'arrête pas de m'interrompre "et là, j'ai mal à l'uterus...", "mais oh oh ! j'ai mal aux seins", ou encore "tiens, je suis un peu écoeurée là". Mais l'autre ne lui laisse pas trop voix au chapitre. Il lui rétorque : "et oui ! comme tous les mois", ou alors "t'emballe pas, ça veut simplement dire que les règles arrivent".

Donc en résumé, mon état d'esprit c'est que je suis persuadée de l'issue habituelle et que les règles vont débarquer demain ou jeudi. C'est comme si je ne croyais même plus que c'était mécaniquement possible. Comme si on n'était pas en train d'essayer de faire un bébé. C'est devenu une phrase, un concept un peu abstrait avec lequel je vis tous les jours, toutes les heures, et pourtant je ne crois pas réellement que ça puisse arriver.

Pourtant, ce mois-ci, ce serait idéal. C'est aussi pour ça que je n'y crois pas.
C'est le premier essai depuis l'ostéopathe, c'est le dernier mois où je peux avoir un bébé en 2010, c'est le mois de notre déménagement, et un truc de dingue : si rapport fécondant il y a eu, ce serait le 24 mars..........................................................

.... donc pour une issue le 24 décembre.....

Et ce serait tellement beau. Mon plus beau cadeau de Noël de toute ma vie.

C'est pour ça que je n'y crois pas ce mois-ci, encore moins que d'habitude. Justement parce que ce serait trop beau, trop idéal ce mois-ci. Ca n'arrive qu'aux autres, ces jolies histoires. Ces miracles.
Moi, je vais avoir mes règles ces jours-ci et ce joli rêve, comme toujours, prendra fin brutalement.
Je vais verser quelques larmes, peut-être même pas, et puis positiver. Reprendre RV chez l'ostéopathe, retourner chez une gynéco, et essayer d'attendre patiemment, de voir arriver les deux ans, de ne pas trop y penser et de me dire que peu importe le temps qu'on attendra, ça finira par arriver, et ce sera beaucoup de bonheur. Et puis je vais pouvoir me concentrer sur tous mes petits projets dans la maison, toutes ces petites choses qui me donnent le sourire. Faire des barbec au début de l'été avec des amis en pouvant boire du rosé, faire du cheval en Corse au mois de mai... Et puis le mois de la naissance, finalement, quelle importance ? (mais décembre, j'aimais bien...). Bon ok, une petite partie de moi sait que ce n'est pas encore totalement désespéré. RV dans quelques heures... ou quelques jours...