Lâcher prise.

Ouvrir les yeux sur le présent et occulter tout ce sur quoi on ne peut avoir aucune prise : le passé et le futur.
Refuser les pensées négatives lorsqu'elles se présentent. Ne pas penser à tout ce qui nous angoisse, à tout ce qui nous déprime.
Parfois j'aime penser à des choses qui me rendent triste parce que j'aime ressentir des émotions et j'aime l'état de tristesse lorsque ce n'est que passager. Ces pensées-là ne sont pas vraiment négatives. Ce sont des émotions positives, en tout cas pour moi. Par exemple, ce n'est pas parce que je veux éliminer les pensées négatives, que je ne vais pas regarder un film triste. Du moment que ça ne me laisse pas déprimée après. Si c'est une tristesse saine, simplement une émotion vive.
Ca fait du bien de ressentir des émotions fortes. On se sent vivant, sensible, en communication avec les autres. Il m'arrive souvent d'être triste pour quelqu'un, de ressentir de la compassion pour quelqu'un qui vit quelque chose de difficile. Je ne m'interdis pas ces pensées-là.

Par contre, j'essaie de banir toutes les pensées négatives stériles. Ca ne veut pas dire ne jamais penser à ce qui fait mal. Ca veut dire y penser de façon constructive et positive.

J'ai commencé à essayer de faire ça lorsque j'ai quitté mon ex. Avant, je voulais tout contrôler dans ma vie, tout savoir, tout comprendre et je passais des nuits entières à sonder mon esprit pour savoir ce que signifiaient mes émotions. Après l'avoir quitté, j'ai beaucoup réfléchi au tout début à mon histoire qui venait de se terminer, et j'avais besoin de repenser à notre passé, tout le temps, à pleurer sur les moments perdus qu'on ne revivrait plus jamais... et puis c'est passé... plus tard je me suis demandé si tout ça me manquait. Je sondais mon esprit, mon coeur, toute la journée à la recherche des émotions. Pour ressentir de la tristesse et du malheur. Parce que c'était normal de ressentir ces émotions dans un moment pareil. Et puis enfin, un jour, j'ai arrêté de penser à tout ça parce que ça ne servait à rien, c'était fini, j'ai compris qu'il fallait que je me tourne vers ce que je vivais au présent au lieu de refaire le passé tous les jours.

Depuis, je ne pense plus jamais à mon ex qui ne me manque pas, et surtout, j'ai appliqué cette méthode à tout. Dès que je ne peux pas avoir de prise sur quelque chose, je n'y pense pas. Enfin, j'essaie.

Avec les essais bébé c'est difficile, parce que la nature se rappelle à moi tout au long du cycle et mon ovulation se voit, mes règles arrivent, donc même si je faisais tout pour oublier, ça s'impose à moi de façon concrète. J'ai du mal à lâcher prise avec tout ça. Mais en fait je n'ai pas vraiment essayé jusqu'ici. Je n'arrête pas de dire que c'est impossible de penser à autre chose, mais je crois que je n'ai jamais essayé activement. Depuis hier, j'essaie de remplacer toutes mes pensées bébé par des pensées positives.

Ne plus jamais penser "ça ne marche pas" ou "ça ne marchera pas" ou "j'en ai marre d'attendre je le veux tout de suite" ou "j'ai forcément un problème" ou "je me fais un blocage psychologique", mais remplacer tout ça par des pensées du genre "un jour prochain j'aurai un bébé", "c'est tellement beau de faire un bébé avec l'homme qu'on aime", etc...
Je ne sais pas pourquoi ça m'a pris hier. Si, en fait, je crois que je sais. Un collègue de Marseille que je ne vois plus mais avec qui je correspond par mail, avec qui j'ai souvent beaucoup discuté, m'a envoyé un mail hier dans lequel il me dit : "n'appréhende pas, entraîne toi régulièrement et un soir (ou un jour), au milieu d'un moment de plaisir, il (ou elle) s'invitera au milieu de vous. Tu verras. Et ce sera merveilleux".

Depuis, cette idée me trotte en tête et c'est tellement beau, ça m'a remis toutes les idées en place. Pourquoi on essaie de faire un bébé, ce que ça signifie, et surtout, le point de départ : notre amour, notre bien-être et notre foi en l'avenir ensemble. Et c'est beau.
Hier soir on a fait l'amour, et au milieu j'ai pensé au futur bébé, mais pour une fois ce n'étais pas une pensée handicapante, gênante qui s'invitait sans qu'on l'ait voulue. C'était une idée belle, noble, qui me plaisait, qui a rendu notre câlin encore plus intense.
Alors je me dis qu'il ne faut plus que je pense au bébé que comme ça. Comme quelque chose de génial et de beau qui va nous arriver.

J'arrive à lâcher prise pour tout, sauf ça. Alors je devrais y arriver. Je ne me dis pas que de lâcher prise ça me fera tomber enceinte, mais au moins je serais mieux dans ma tête et peut-être plus prête à accueillir ce petit être...
Je suis très fière d'être arrivée déjà à lâcher prise avec tout le reste. Je ne suis plus jamais stressée ou angoissée pour l'avenir (ou alors très rarement), je vis au jour le jour et je ne m'inquiète plus pour rien. Le déménagement, la maison, ça n'occasionne aucune inquiétude, aucun stress. Je ne ressens que des choses positives. Je suis détachée de tout, sauf des petits bonheurs du quotidien que je cueille comme des cadeaux, comme des fruits mûrs délicieux. Bon j'avoue, tout est plutôt facile dans ma vie. Le boulot ne m'occasionne aucun stress, aucune pression, ma vie perso va très bien, donc c'est bien plus facile, c'est vrai. Mais j'espère qu'arriver à faire ça quand tout va bien, va m'aider à le faire quand ce sera plus difficile.

En tout cas je vais travailler sur mon cerveau pour n'avoir plus que des pensées positives au sujet du bébé.