J'avais plein de choses à dire, nos vacances à raconter, ma relation avec mes parents, ma perte de confiance en moi... vraiment plein de choses mais je vais encore revenir sur nos essais bébé.
Je pensais ne pas parler que de ça sur ce blog car je ne veux pas commencer à ne penser qu'à ça, mais bon, ce soir ce sera encore mon sujet privilégié.

Je suis à J8 et c'est mon premier cycle sous traitement de choc : clomid et estreva. J'ai pris clomid de J3 à J7 et je dois commencer l'estreva à J10 jusqu'à J14. Normalement le clomid m'aidera à ovuler et l'estreva, j'ai mis longtemps à trouver mais j'ai enfin pu lire sur des forums qu'il est prescrit pour améliorer la glaire. J'angoissais beaucoup à l'idée de commencer ce traitement, j'aurais tellement aimé que ça fonctionne sans rien... mais finalement je suis heureuse et pleine d'espoir, peut-être pas pour ce cycle mais j'aime croire que ça ne va plus tarder maintenant.
Je suis très à l'écoute de mon corps mais pour l'instant je ne ressens rien de spécial qui change de d'habitude, comme si je n'avais rien pris. Je vois mon gynéco mardi (à J12) pour voir si l'ovulation est proche, je saurai donc si le clomid a fonctionné mais je suis confiante. J'ovule presque chaque mois mais mes ovulations sont de mauvaise qualité, alors j'espère que c'est le seul problème qu'on a et que le clomid va faire des miracles.

Le gynéco me l'a prescrit un mois sur deux, car clomid entraîne une diminution de l'épaisseur de l'endomètre, donc il vaut mieux ne pas le prendre tous les mois. Mais selon lui, une fois qu'on a initié une bonne ovulation grâce au clomid, les suivantes peuvent être spontanées donc ça ne veut pas dire que je ne peux pas tomber enceinte le mois où je ne prends pas de traitement.
Il ne me l'a pas demandé, mais je continue à faire mes courbes de température, comme ça je saurai où j'en suis.

Ce mois-ci, on fait aussi d'autres examens, et notamment le test de huhner que je vais faire jeudi. C'est contraignant, c'est un pélèvement de la glaire au niveau du col de l'uterus, 6 à 12h après un rapport, après trois jours d'abstinence. C'est pénible car il faut tout prévoir, tout planifier, et entre le travail de nuit de V. et mes cycles irréguliers, pas facile pour trouver le meilleur moment. J'ai fini par me décider pour le 14è jour du cycle, même si d'habitude j'ovule un peu plus tard, parce que je pense que le clomid va me faire ovuler plus tôt. Et puis, il vaut mieux que le test soit fait 2 jours avant l'ovulation qu'après alors on verra bien.
Je n'ai pas envie de faire tout ça, j'aimerais mieux fermer les yeux très fort sur tout ce qui peut ne pas aller et penser que tout va bien, mais je sais qu'il faut faire face aux difficultés, et qu'en tout état de cause, si quelque chose n'allait pas, il vaut mieux le savoir le plus vite possible.
J'ai peur des résultats de ce test.
J'ai peur aussi des résultats du spermogramme. V. va essayer de le faire très prochainement, mais c'est très compliqué pour avoir un rendez-vous... Je vais aussi faire d'ici un mois une hystérographie.

Voilà, les choses sérieuses commencent et je suis partagée. Tout ça me donne de l'espoir, et en même temps c'est très (trop) encadré, trop médicalisé, trop programmé, en fait j'ai hâte d'être au mois prochain pour être délivrée de tout ça. Pourvu que ça marche bientôt...

Ce mois-ci ce n'est pas évident car tous ces examens m'obligent à m'absenter du bureau en plein milieu de la journée. J'aurais aimé que personne ne se doute de rien mais ça va commencer à être difficile. Pour l'instant j'ai seulement dit à mon chef que j'avais des examens médicaux à faire qui m'obligeaient à poser des heures dans la journée. Il ne fait aucune difficulté mais ça me met mal à l'aise.

J'ai tellement peur que les résultats des tests soient mauvais. Que tout devienne encore plus compliqué. Pour l'instant je préfère rester confiante. Je me dis que j'ai de petits problèmes d'ovulation qui sont faciles à régler, et qu'il n'y a aucune raison pour qu'autre chose n'aille pas. Ces tests vont peut-être tout simplement nous rassurer...
... enfin, on verra....